1 min de lecture Info

Le tourisme de mémoire prépare le centenaire de 1914-1918

Le Musée de la Grande Guerre de Meaux, qui abrite une collection réunie pendant plus de 40 ans par un passionné, ouvrira ses portes vendredi 11 novembre et sera inauguré par le président Nicolas Sarkozy. Dans ce musée de 7.000 mètres carrés, érigé sur sur les lieux mêmes de la bataille de la Marne de septembre 1914, deux avions, un Spad 13 et un Blériot 11, côtoient un char, un taxi de la Marne vert tilleul ou encore un pigeonnier mobile de campagne. Un peu plus loin, une dizaine de mannequins soldats aux uniformes kaki à col Mao, entourés de répliques de chevaux en résine blanche, ont le regard tourné vers le visiteur. Les bombes et obus à ailettes, des matraques de tranchées mais aussi des jouets d'époque sont sous vitrines, dans cet imposant bâtiment, imaginé par l'architecte Christophe Lab, dont le toit-terrasse offre un large point de vue.

Le coût de ce projet, qui va créer 30 emplois, s'élève à 28 millions d'euros, financé à 50% par la communauté d'agglomération du Pays de Meaux, ainsi que par la région, le département et l'Etat
Le coût de ce projet, qui va créer 30 emplois, s'élève à 28 millions d'euros, financé à 50% par la communauté d'agglomération du Pays de Meaux, ainsi que par la région, le département et l'Etat Crédit : DR
micro générique
La rédaction de RTL et Christophe Ponzio

Jean-Pierre Verney, 65 ans, spécialiste reconnu de la Première Guerre mondiale, a cédé au musée sa collection unique pour 600.000 euros. Quelque 50.000 livres, journaux, uniformes, fusils, affiches ou encore cartes postales provenant de 35 pays ont été réunis pendant plus de 40 ans, au fil des marchés aux puces et ventes aux enchères, par ce passionné qui dit avoir "autant de respect pour un bâton de Maréchal que pour un paquet de cigarettes".

"En 2004, je suis venu à Meaux pour la commémoration de la bataille de la Marne. A cette époque, le musée de Verdun ne voulait pas de ma collection, les Etats-Unis et l'Allemagne voulaient la racheter", raconte-t-il. 

Avec son message d'humanisme et de paix à portée universelle, le Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux, inauguré le 11 novembre par Nicolas Sarkozy, incarne l'ambition nouvelle de ce tourisme mémoriel dans l'Hexagone, principal champ de bataille du premier conflit mondial.  Toutes guerres confondues, payants ou non, les sites de mémoire en France attirent annuellement un public estimé à 20 millions de personnes.

Depuis trente ans, les musées dédiés aux deux grands conflits mondiaux se multiplient et rencontrent un succès croissant, mais ils n'ont plus rien à voir avec leurs devanciers. Le musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux, qui devrait générer la création detrente0 emplois et accueillir entre 80.000 et 100.000 visiteurs par an, s'ajoute aux autres lieux de mémoire comme le musée des Invalides à Paris ou le site de Douaumont dans la Meuse.

Après la disparition des derniers poilus de la Grande Guerre, les cérémonies du 11 novembre marqueront vendredi l'hommage aux soldats "morts pour la France" sur tous les fronts.

Pratique

Durant ce week-end d'inauguration, les portes du Musée de Meaux seront ouvertes gratuitement au public le vendredi 11 novembre de 18h à 21h, et samedi et dimanche de 10h à 18h (fermeture exceptionnelle lundi 14)
Plein tarif : 10 euros
5 euros pour les moins de 18 ans
Gratuit pour les moins de 8 ans

Le site Internet du Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux

Lire la suite
Info Première Guerre mondiale Commémoration
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants