1. Accueil
  2. Un robot automatique qui vous venge des mails d'arnaque
4 min de lecture

Un robot automatique qui vous venge des mails d'arnaque

Une entreprise néo-zélandaise a mis au point une intelligence artificielle qui répond aux mails d'arnaque à votre place.

Un homme avec un smartphone et un ordinateur portable (illustration)
Un homme avec un smartphone et un ordinateur portable (illustration)
Crédit : Alejandro Escamilla / Unsplash
Un robot automatique qui vous venge des mails d'arnaque
05:17
Un robot automatique qui vous venge des mails d'arnaque
05:06
Amandine Bégot

C'est une révolution qui nous concerne tous. Nous avons tous déjà reçu un mail nous invitant à participer à un jeu pour gagner un million de dollars, ou encore un message des impôts évoquant un trop-perçu. Depuis quelques années, les arnaques en tout genre pullulent sur le net, et inondent nos boites mail. Une entreprise néo-zélandaise a peut-être trouvé LA solution miracle.

C'est ce que nous raconte ce matin le journal 20minutes. Ces ingénieurs ont mis au point un bot, un robot automatique qui se venge pour vous. Le principe est très simple : dès que vous recevez un mail frauduleux, il vous suffit de le transférer à l'adresse me@rescam.org.

L'intelligence artificielle prend alors le relais et bombarde l'arnaqueur de messages et de questions. Un bot décidément très très intelligent puisque pour ne pas être démasqué, il n'hésite pas à varier son temps de réponse, laisse parfois passer plusieurs jours et se permet même des fautes d'orthographe histoire d’être crédible !

Crise politique en Allemagne

La mine déconfite d'Angela Merkel s'affiche ce matin à la une de presque tous les journaux. Elle apparaît les traits tirés, le regard perdu. "La chancelière chancelle", titre ainsi ce matin Libération. "Sans doute, écrit le journal, est-elle aujourd'hui plus que jamais en mauvaise posture, elle qu'on pensait inamovible." "Sa chance : il n'y aucun rival sérieux qui émerge", souligne spécialiste.

À lire aussi

"La chancelière qui chancelle", on la retrouve aussi à la une de l'Opinion. Cette fois pas de photo, mais un dessin signé KAK. Anglea Merkel sur la glace, en tenue de patineuse, à deux doigts de tomber. Emmanuel Macron tente de la rattraper. Duo d'équilibristes car l'échec de la chancelière pourrait à terme signer l'échec du président français.

"Son pari en tout cas est en sursis", dit le quotidien. C'est aussi l'avis d'Arnaud Grange dans le Figaro. "Le grand projet européen d'Emmanuel Macron risque de devoir attendre" écrit-il. "L'Europe, conclut Laurent Bodin dans le journal l'Alsace, n'avait vraiment pas besoin de ça pour espérer faire face à la vague de défiance dont elle fait l'objet depuis plusieurs mois."

Une enquête inédite sur le glyphosate

L'Europe est notamment divisée sur la question du glyphosate, cet herbicide ultra contesté, et utilisé notamment dans le Roundup. Et bien voilà une enquête qui va peut-être calmer le jeu. Elle sera en tout cas, c'est sûr, très commentée. Enquête intéressante à plusieurs titres. "C'est d'abord la toute première étude réalisée de façon indépendante, dénouée de tout lien d’intérêts", nous dit ce matin le Figaro.

Les résultats, eux, vont à l'encontre de tout ce qu'on entend depuis des semaines. Les chercheurs, des Américains, ont suivi pendant 20 ans plus de 54.000 agriculteurs aux États-Unis et ils sont formels : pour eux aucun doute l'herbicide n'augmente pas le risque de cancer. "Un travail scientifique robuste et très sérieux", dit le docteur Luc Multigner, épidémiologiste et directeur de l'Inserm.

"Si avec une étude d'une telle ampleur on ne trouve pas de risque de cancer associé au glyphosate c'est, dit-il, que le risque est vraiment très faible". On a sans doute pas fini d'en parler

Un cadeau de Noël avant l'heure

"Une boulette de la Française des jeux qui a fait le bonheur de certains parieurs", titre le Bien public. Vendredi dernier, la FDJ proposait aux parieurs de miser sur le vainqueur de la rencontre Dijon-Besancon. Problème, elle s'est trompée de club et a mis la Palente, bien moins fort sur le plan sportif, au lieu de l'ESBF. Les connaisseurs n'ont eu aucun mal à trouver le vainqueur et se sont précipités chez leur buraliste. L'un d'eux confie ainsi avoir vu beaucoup plus de monde que d'habitude.

La Française des jeux s'est aperçue de l'erreur, une heure avant le coup d'envoi du match, mais il était trop tard. Tous ceux qui avaient validé leur mise ont eu la joie d'aller retirer leur mise le lendemain : 680 euros par exemple pour l'un d'entre eux qui avait misé 200 euros.

"Une goutte d'eau pour la Francaise des jeux dont le volume des ventes dépasse les 14 milliards d'euros, mais un peu de beurre dans les épinards, écrit l’Alsace, pour ceux qui étaient à l’affût."

Trop belle pour être vraie

Eux en revanche ont eu beaucoup moins de chance. Grosse déception pour plusieurs  dizaines de fans de jeux-vidéo qui s'étaient précipités sur une promo en ligne. Une console PS4 à 29,90 euros. Une offre ultra alléchante puisqu'elle en vaut en théorie 400. Ils ont rapidement déchanté comme le raconte le site internet du Parisien. Il s'agissait en fait d'une erreur. Leclerc, qui proposait cette vraie fausse bonne affaire, s'en est excusé et a prévenu les intéressés. Ils seront remboursés, mais n'auront pas les dites consoles. Tout à fait légal.

Contrairement à ce que l'on croit, le prix affiché ne doit pas forcément être obligatoirement appliqué. La jurisprudence le prouve, quand il y a distorsion importante entre le prix réel et le prix affiché, la vente est caduque.

En 2009, les 3 suisses avaient ainsi eu gain de cause face à 400 consommateurs qui les avaient attaqués en justice après l'annulation de la vente de téléviseurs proposés par erreur 179 euros au lieu de 1.899. Bref, méfiez-vous toujours de ce qui est écrit, sur les étiquettes comme dans vos mails.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/