2 min de lecture Cinéma

Nathalie Baye : "Plus le rôle est loin de moi, plus ça m’amuse !"

INVITÉE RTL - Dans "Les Gardiennes", Nathalie Baye incarne une paysanne lors de la Première Guerre mondiale. Les hommes étant partis au front, tout repose sur ses frêles épaules.

Laissez-vous tenter
Laissez-vous tenter du 04 décembre 2017
Crédit Média : Le Service Culture Crédit Image : Guy Ferrandis
Voir la suite

Nathalie Baye est de retour au cinéma, devant la caméra de Xavier Beauvois avec Les Gardiennes. Dans le film, qui se déroule durant la Première Guerre mondiale à la campagne, elle incarne une paysanne filmée sans maquillage, les cheveux gris. Bref, elle assume son âge, fait peu commun en France de son propre aveu : "C’est assez rare. Peut-être parce que les réalisateurs n’osent pas proposer des rôles comme ça aux actrices… Le fait de se transformer est pourtant très excitant pour un acteur."

Au-delà des apparences des personnages, un constat, troublant et rassurant, s’impose après le visionnage : enfin un film qui prend son temps. Le temps de poser l'histoire, le temps des saisons, les temps des silences. Et pourtant, en 1915 quand commence Les Gardiennes, en plein fracas de la guerre. Dans une ferme, ce sont les femmes qui ont remplacé les hommes partis au front.

Elles sont mères, sœurs, épouses, fiancées et elles travaillent la terre, semant les graines de la prochaine récolte mais aussi l'espoir de voir revenir ceux qui se battent. Malheureusement, tous ne rentreront pas. 

Un rôle à contre-courant

À la ferme du Paridier, Hortense (Nathalie Baye) essaye de faire tenir debout un équilibre fragile, entre force et vulnérabilité, face à sa fille Solange, (Laura Smet) et Francine, une fille de l'assistance, engagée pour aider. Une femme déjà âgée, face à des jeunes filles qui réclament aussi le droit au plaisir de vivre, de quoi créer des tensions entre la mère et la fille. "On a trop tendance à parler de la guerre 14-18, qui est bien sûr le fond du sujet, mais c’est surtout une histoire de femmes, émouvante", explique Nathalie Baye, touchée par le féminisme du réalisateur.

Hortense, son double fictionnel, est une femme de poigne, qui veut absolument garder la tête haute, préserver sa famille et ses affaires, être tendre mais aussi rude quand il le faut. Mais ressemble-t-elle à son interprète ? "On découvre dans le film ce qu’elle est capable de faire pour sauver la réputation de sa famille, sauver le domaine quand les hommes sont partis, confie l'actrice. Mais elle commet un acte diabolique dont je serais bien incapable. Je ne tente pas de jouer des rôles qui me ressemblent… Plus le rôle est loin de moi, plus ça m’amuse !"

Mère/fille à l'écran comme à la ville

Elle donne donc la réplique à sa fille Laura Smet, qui joue également sa fille dans le film. Risque de confusion ? Pas un instant selon la jeune comédienne : "Moi, le regard de ma mère, je le connais par cœur. On est une famille tactile, on se dit les choses, on se touche. J’ai été éduquée comme ça, c'est aussi comme ça que je conçois la vie. Hortense n’était pas ma mère, juste un rôle. Pour moi, Nathalie Baye est une des grandes, avec Catherine Deneuve, Isabelle Adjani…"

Et impossible d'évoquer le clan Hallyday sans demander des nouvelles du Taulier, Johnny. Nathalie Baye se veut rassurante : "Les dernières nouvelles vont dans le bon sens".

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés