1 min de lecture Cinéma

"Le Brio" : "C'est du cinéma, mais aussi de la politique", clame Nicolas Domenach

BILLET - Le journaliste se montre dithyrambique envers le film "Le Brio", le dernier long-métrage d'Yvan Attal.

On n'est pas forcément d'accord
"Le Brio" : "C'est du cinéma, mais aussi de la politique", clame Nicolas Domenach
Crédit Média : RTLnet Crédit Image : Maxime Villalonga
Voir la suite

Ce week-end, nous avons eu droit à de sacrés spectacles en cinémascoops. Macron-Mélenchon : un concours de discours. Mais il y a mieux sur le marché. Et puisqu'il s'agit de cinéma, autant aller voir (et d'urgence) ce film qui fait d'ailleurs une belle sortie. Il s'appelle Le Brio. C'est brillant, et plus encore. Ce film d'Yvan Attal fait du beau, fait du bon. Il fait du bien au cœur, à la tête, aux yeux (car on pleure) et aux oreilles, car les dialogues voltent et virevoltent. C'est vivant et émouvant, et furieusement politique aussi.

C'est l'histoire d'une rencontre. D'une conflagration d'abord, entre le Nouveau monde et l'Ancien, qu'incarne Daniel Auteuil, formidable en prof réac' de fac de droit confronté à une beurette de banlieues à fleur de peau et de rage. Camélia Jordana est époustouflante, elle aussi, dans ses colères comme dans son apprentissage de la langue française. Car le vieux maître provocateur, plus que limite, va devoir l'élever au maniement du français de prétoire. Ce mentor, afin de ne pas être viré de sa chaire, accepte de la former pour les concours d'éloquence entre facs.

Alors, entre eux, les portes claquent, les mots aussi. Il lui apprend à habiller sa pensée de l'élégance qu'exige la culture française qui nous structure. Et en retour, elle lui enseigne des injures choc, des bribes et des maux d'une autre vie. Elle le force aussi à dépasser ses propres préjugés de bourgeois racornis.

Et c'est le miracle de la langue, comme de ces acteurs sans doute demain césarisés que de faire se retrouver ces deux univers si opposés. Jamais l'Académie, en dépit de ses soirées déguisées, ne pourra mieux défendre le français que ces rhéteurs qui, tels Cyrano, à la fin de l'envoi vous touchent.

La bande annonce du film "Le Brio"
La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés