3 min de lecture Télévision

"La Vengeance aux yeux clairs" : les 3 infos à connaître avant la saison 2

La fiction portée par Laëtitia Milot revient avec de nouveaux épisodes trépidants. Petit point sur tout ce qu’il faut avoir en tête avant de débuter ce nouveau cru.

"La Vengeance aux yeux clairs" est le gros carton télévisé de la rentrée
Crédit Image : Julien CAUVIN

C’est l’une des créations phares de TF1. La Vengeance aux yeux clairs, série événement de la rentrée 2016, revient dès ce lundi 20 novembre pour inaugurer sa deuxième saison. La première, composée de huit chapitres seulement, a connu un énorme succès.

Porté par Laëtitia Milot, l’héroïne de Plus belle la vie, le thriller narrait le retour au bercail d’Emma Fortuny. Après dix années d’absence, la jeune femme revient vivre sur la Côte d’Azur avec une nouvelle identité, "Olivia", et un dessein bien précis en tête : venger le meurtre de sa famille, survenu, on vous le donne en mille, dix ans plus tôt.

La première saison de la mini-série proposait une intrigue limpide, facile à prendre en cours de route, ainsi que de nombreux coups de théâtre assez rocambolesques pour susciter l’envie et l’attente jusqu’au prochain épisode. Le second cru sera-t-il de la même envergure ? Avant de débuter son visionnage, voici tout ce qu’il faut déjà avoir en tête. Cela va sans dire, mais on le dit quand même, cet article sera riche en révélations sur les précédents chapitres.

1. Un kidnapping en fil d’Ariane

La saison inaugurale s’achevait sur un retournement de situation des plus perturbants. Piqûre de rappel : alors qu’elle vient de retrouver Lou, sa fille, et sa tante, Olivia décide de rentrer chez elle. Sa vengeance, menée d’une main de fer, est globalement une réussite. Le clan Chevalier, responsable du meurtre des siens, a fini par s'entre-tuer. Pourtant, de retour chez elle, c’est la désolation : elle ne retrouve qu’un ours en peluche, un téléphone portable et une note accompagnée d’un numéro.

Pour notre héroïne et le spectateur, aucun doute à avoir : handicapé à vie après avoir reçu une balle, Étienne Chevalier orchestre, à son tour, sa revanche, en kidnappant la fille de la jeune avocate. Mais est-il véritablement le seul commanditaire ? Si oui, qui sont les ravisseurs ? Et comment Olivia va-t-elle bien pouvoir la secourir ? Voici le fil d’Ariane de ce début de saison 2.

2. De nouvelles têtes au casting

Qui dit nouvelle saison dit nouveaux visages. Les téléspectateurs feront ainsi la connaissance de Louise Lartigue (Sabine Perraud), la sœur d’Adrien. Ancienne assistante de Grimaud, elle a perdu son fils, assassiné. Une alliée pour Olivia ? Il semblerait du moins que les deux femmes partagent des adversaires en commun. Et comme on dit "les ennemis de mes ennemis…"

Autre nouvelle tête, celle du lieutenant Jérôme Caradec (Thierry Frémont), visiblement pas au fait des affaires locales. Ne connaissant pas la véritable identité d’Olivia, il est persuadé d’avoir affaire à une meurtrière assoiffé de sang. Et la traque donc tout naturellement.


Enfin, pour assouvir sa quête de vengeance, Étienne Chevalier engage à sa solde Gaspard (Jo Prestia), un ex-légionnaire et sa femme Mylène (Florence Thomassin). Un duo sans foi ni loi qui devrait donner des sueurs froides à Olivia ainsi qu’au public…

3. Une saison plus mature qui mise sur l'action

Si le premier millésime ne badinait déjà pas avec les scènes d’action, ce deuxième s’annonce beaucoup plus rythmé et musclé, de l’aveu même de Laëtitia Milot. La comédienne a confié à nos confrères de Télé 7 jours : "Je voulais de l’action, j’en ai eu ! Les poursuites, les cascades en voiture… J’en fais d’ailleurs certaines, avec mes limites car j’ai un gros problème de vertige. J’avais aussi demandé des bagarres au scénariste, mais je n’en ai pas eu tant que ça."

Le côté soapesque, point faible de la série selon la critique, devrait donc être quelque peu délaissé au profit des scènes d’action. Et la fiction s'annonce bien plus mature et dramatique. La preuve : dès ce soir, deux importants protagonistes rendront l’âme. Vous voilà prévenus : les scénaristes ne font plus dans la dentelle.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés