1 min de lecture Décès

L'actrice Paulette Dubost est morte à l'âge de 100 ans

C'était la doyenne des comédiennes françaises. La comédienne Paulette Dubost, qui avait eu 100 ans en octobre dernier et avait joué dans plus d'une centaine de films dont "La règle du jeu" de Jean Renoir, est décédée mercredi. Retour sur une vie de cinéma.

micro générique
La rédaction de RTL Journalistes RTL

Reine des soubrettes du cinéma français, Paulette Dubost n'avait guère quitté en plus d'un demi-siècle de carrière les escaliers de service et les fourneaux des cuisines. Digne descendante des servantes espiègles de Marivaux, cette petite femme, au visage tout en rondeur, au sourire mutin et à l'irrésistible accent faubourien, avait donné la réplique aux plus illustres acteurs, de Raimu à Catherine Deneuve, en passant par Fernandel, Louis Jouvet, Bourvil, Brigitte Bardot ou Gérard Depardieu.

Elle a même été, avant la guerre, la partenaire de Buster Keaton dans "Le Roi des Champs-Elysées" (1935), de Max Nossek.

***Éternelle second rôle

Second rôle, sans doute, mais de ces seconds rôles qui restent dans les mémoires des cinéphiles : Marcel Carné dans "Hôtel du Nord" (1938), Jean Renoir dans "La Règle du jeu", Max Ophüls dans "Le Plaisir" (1951) et "Lola Montès" (1955), Louis Malle dans "Viva Maria" (1966) et "Milou en mai" (1989).

Née à Paris le 8 octobre 1910, fille d'un ingénieur et d'une cantatrice à l'Opéra-Comique, qui se vantait d'avoir bu assez de champagne dans sa vie pour faire flotter un navire, Paulette Dubost héritera de ses parents une indéfectible joie de vivre et le secret d'une éternelle jeunesse.

Elle commence sa carrière sur les pointes comme petit rat de l'Opéra de Paris mais, comprenant qu'elle ne sera jamais une danseuse étoile, elle se tourne vers les revues de music-hall et l'opérette. Elle chante et danse aux Bouffes-Parisiens en compagnie de trois futures stars : Edwige Feuillère, Viviane Romance et Simone Simon.


Paulette Dubost en 1935

***Elle débute à l'écran en 1928

 La drôlerie et le charme pétillant de Paulette Dubost n'échappent pas aux cinéastes. Elle débute à l'écran en 1928 dans "L'Amoureuse aventure" et rencontre Carné et Renoir. Pour ce dernier, elle sera en 1939 l'affriolante Lisette de "La Règle du jeu" que se disputent Carette et Gaston Modot sous le regard connaisseur de Dalio. L'année précédente, dirigée par Pierre Caron, elle avait incarné avec cocasserie le personnage de Bécassine.

Elle enchaîne film sur film, sans souci de leur qualité, et figure dans une série invraisemblable de "nanars" aux titres évocateurs : "Noces et banquets", "La caserne en folie", "Chéri de sa concierge" jusqu'aux "Charlots et autres "Bronzés". Une rencontre essentielle cependant, celle de Louis Malle qui lui confie un rôle sur mesure dans "Viva Maria", et qu'elle retrouve pour "Milou en mai".

On avait revu ces dernières années Paulette Dubost dans "1,2,3...Soleil" de Bertrand Blier ou dans "Le Jour des rois" de Marie-Claude de Treilhou, mais aussi à la télévision.

Fernandel et Paulette Dubost dans un extrait de "L'ordonnance" (1933) 


***L'amour de la bonne chère et le sens de la répartie

La comédienne qui, jusqu'à ses derniers jours, avait conservé l'amour de la bonne chère et le sens de la répartie, laisse un savoureux livre de souvenirs "C'est court, la vie". Elle doit être incinérée aux Ulis (Essonne) cette semaine et sa fille a précisé que la famille souhaitait une cérémonie dans la plus stricte intimité, "sans photographe ni journaliste".

L'hommage de Michel Drucker à Paulette en 2010

Lire la suite
Décès Culture-loisirs Cinéma
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants