2 min de lecture Cinéma

"Justice League" et "Maryline" dans les sorties ciné de la semaine

Au cinéma cette semaine, la réunion très attendue de la ligue des justiciers de l'écurie DC Comics mais aussi le deuxième film du réalisateur Guillaume Gallienne.

Laissez-vous tenter
Laissez-vous tenter du 15 novembre 2017
Crédit Média : Le Service Culture Crédit Image : Warner Bros
Voir la suite

Ce 15 novembre, les cinéphiles ont du choix : 19 nouveaux films au total sont à voir, à commencer par Justice League. Un des longs-métrages les plus attendus de cette fin d'année. On y retrouve les super-héros DC Comics emmenés par Batman, Wonder Woman, Flash et les autres.

Pour les amateurs de sensations fortes, est à signaler Happy Birthdead, réjouissant film d'horreur qui imagine comment une jeune étudiante assassinée le soir de son anniversaire revit inlassablement ce jour tragique en essayant de découvrir qui est son meurtrier masqué : comme si Un jour sans fin rencontrait Scream !


Côté nouveautés françaises, Maryline, deuxième film du réalisateur Guillaume Gallienne mérite aussi le coup d’œil. Émouvante, cruelle, glaçante et drôle, cette étude sur la difficulté de communiquer pour une jeune actrice débutante et sur la résilience qui va lui permettre de s'en sortir est une merveille de délicatesse.

Autre coup de cœur, M, le premier film de la comédienne Sara Forestier en tant que réalisatrice. Malgré les imperfections, le long-métrage a du cœur, de l'énergie, de la fougue et de la sincérité. Le film raconte la rencontre entre Lila, jeune femme bègue et timide (Sara Forestier) et Mo, un marlou de banlieue illettré (Redouane Harjane). Le duo va se découvrir, s'apprivoiser et peut-être s'aimer malgré les différences et handicaps.

Également au programme de "Laissez-vous tenter"

Le monde de l’art retient son souffle. Ce soir, aux États-Unis, la société Christie's vend aux enchères une œuvre rarissime : le tableau Salvator Mundi de Léonard de Vinci, estimé à 100 millions de dollars. Tableau qui a une histoire passionnante. Longtemps, on a cru que c'était une copie.

On a tous quelque chose de Johnny, c'est le nom du premier opus de reprises des chansons de Johnny Hallyday, qui sort vendredi. L’exercice était périlleux voire clairement casse-gueule. Il s'avère finalement des plus séduisants. D'abord grâce à un casting cinq étoiles. Ensuite, car la réalisation et les arrangements ne sont ni surannés ni trop modernes. Premier exemple ? Kendji Girac, qui s’impose sur un titre de l'album Gang paru en 1986 : L'Envie.

Contenus sponsorisés