1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. "Il y a un petit problème d'intégration en France", pour Deniz Gamze Ergüven
1 min de lecture

"Il y a un petit problème d'intégration en France", pour Deniz Gamze Ergüven

La réalisatrice franco-turque revient avec "Kings", un film en anglais avec Daniel Craig et Halle Berry sur les émeutes raciales à Los Angeles en 1992.

Deniz Gamze Ergüven.
Deniz Gamze Ergüven.
Crédit : GEOFF ROBINS / AFP
Le Journal Inattendu du 21/04/2018
00:56:21
"Il y a un petit problème d'intégration en France" pour Deniz Gamze Ergüven
00:56:06
Vincent Parizot

Deniz Gamze Ergüven fait tourner Hollywood dans Kings, sorti il y a dix jours sur les écrans français. Le film évoque les émeutes raciales de Los Angeles en 1992. Après avoir raflé quatre César avec Mustang en 2015, pour lequel la réalisatrice avez représenté la France aux Oscars, Deniz Gamze Ergüven présente un film en anglais. Ce nouvel opus est incarné par le duo Halle Berry-Daniel Craig, un casting cinq étoiles.

Kings est un projet mûri pendant des années par la réalisatrice. "Dès 2006, j'ai passé cinq ans et demi à bosser sur ce film qui était impossible à l'époque à faire", précise la cinéaste franco-turque. En 2005, après s'être vue refuser la nationalité française pour la deuxième fois alors qu'elle habitait en France depuis ses six mois, et après les émeutes, l'envie de parler de sa colère dans un film ce fait ressentir. "Je me suis dit je ne suis pas la seule à ressentir ce genre de malaise, il y a un petit problème d'intégration en France", confie Deniz Gamze Ergüven.

Faire face à l'injustice est le fondement du film

Une phase compliquée vécue comme "un amour éconduit" par la cinéaste. Ce sentiment d'être étranger dans son propre pays et de devoir faire face à l'injustice est le fondement du film Kings et a également ce dénominateur commun avec Mustang. Dans Kings, les Noirs-Américains sont confrontés à la justice. Le film fait écho à l’affaire Rodney King, qui a vu la relaxe des policiers blancs responsables du tabassage mortel d’un jeune afro-américain. Selon Deniz Gamze Ergüven, "en 1992, la télévision a servi de caisse de résonance" à une révolte. "C'est comme si les gens faisaient justice eux-mêmes". 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire