1 min de lecture Cinéma

"Diane a les épaules", un regard inédit et sensible sur la GPA

NOUS L'AVONS VU - "Diane a les épaules", portrait d'une femme forte qui porte le bébé de ses meilleurs amis, sort mercredi 15 novembre dans les salles françaises.

"Diane a les épaules"
Crédit Image : Petit Films

Diane, la trentaine, est enceinte. Un "heureux événement" qu'elle a décidé de ne pas vivre pour elle mais plutôt pour Thomas, son meilleur ami, en couple avec un homme. Serveuse dans un bar, femme de la nuit, Diane s'éloigne de son quotidien le temps d'une grossesse  qu'elle compte bien vivre en solitaire, dans la maison de campagne de ses parents. 

Mais alors qu'elle entreprend un grand chantier dans cette demeure familiale isolée, Diane (Clothilde Hesme) tombe sous le charme de Fabrizio (Fabrizio Rongione), l’électricien qu'elle a embauché pour lui donner un coup de main. Si le moment paraît mal choisi, ces deux inconnus, interprétés par un duo d'acteur et d'actrice au jeu sensible et naturel, vont finalement débuter une belle histoire, captée par le regard à la fois tendre et malicieux du réalisateur français Fabien Gorgeart. Diane a les épaules est à voir dans les salles françaises dès mercredi 15 novembre.

Diane a les épaules - Bande annonce

En filmant cette "gestation pour autrui" (GPA) comme acte de pure générosité et indélébile preuve d'amitié, Fabien Gorgeart donne à voir une autre image de cette pratique interdite en France. 

Diane a les épaules n'offre cependant pas une vision idéaliste de cette grossesse un peu particulière. Sans tomber dans le pathos ni le jugement facile, le film de Fabien Gorgeart s'intéresse plus à la dimension romanesque de la GPA et à la question de la filiation plutôt qu'à son aspect sociétal et juridique. Le réalisateur dresse alors le portrait d'une femme forte, naïve et loin d'être parfaite qui découvre en même temps que le spectateur son amour pour l'enfant qu'elle porte.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés