1. Accueil
  2. Culture
  3. Arts et spectacles
  4. VIDÉOS - Danse, sosie et Trump bashing : quand Hillary Clinton essaie d'être aussi sympathique que Barack Obama
3 min de lecture

VIDÉOS - Danse, sosie et Trump bashing : quand Hillary Clinton essaie d'être aussi sympathique que Barack Obama

La candidate à l'investiture démocrate essaie de se montrer sous un jour plus humain et drôle. Dernier essai en date : le "Saturday Night Live", dans lequel elle dialogue avec son sosie.

Hillary Clinton (à droite) face à son sosie dans le "Saturday Night Live" du 29 septembre
Hillary Clinton (à droite) face à son sosie dans le "Saturday Night Live" du 29 septembre
Crédit : YouTube / SNL
Martin Cadoret
Martin Cadoret

Aux États-Unis, le rire fait souvent partie de la course à la présidence. Côté démocrate, Barack Obama a su se montrer sous un jour sympathique grâce à ses talents de showman et son autodérision. Côté républicain, c'est Donald Trump et sa gouaille qui amuse les internautes - souvent malgré lui. En revanche, Hillary Rodham Clinton, en course pour la présidentielle 2016 outre-Atlantique, n'est pas reconnue pour ses qualités d'humoriste. Heureusement, faire le spectacle ne fait pas partie des capacités requises pour être un(e) bon(ne) président(e). Mais un(e) candidat(e) qui montre son côté "drôle" peut convaincre certains électeurs qu'il/elle est authentique, spontané(e), humain(e). Et pourquoi pas, mieux leur parler.

Des apparitions dans des émissions populaires

Depuis la rentrée, Hillary Rodham Clinton multiplie donc les apparitions dans les émissions télévisées populaires américaines. Elle a commencé début septembre dans le très populaire talk-show d'Ellen DeGeneres. À la pause, elle s'est laissée aller à une petite danse. "On dirait qu'elle se bat contre des mouches, et que les mouches sont en train de gagner", raille un internaute sur YouTube.

Hillary effectue une petite danse sur le plateau d'Ellen DeGeneres
Hillary effectue une petite danse sur le plateau d'Ellen DeGeneres
Crédit : Mashable

Mi-septembre, elle était chez Jimmy Fallon pour un dialogue avec l'animateur, déguisé en Donald Trump. Le sosie du candidat républicain étant dépeint comme un ignare par Fallon, Hillary Rodham Clinton a pu, entre deux saillies féministes, se moquer de la tendance de son adversaire à parler au-dessus des autres. Et même, en prétendant attraper son stylo, boire un petit verre de vin sur le plateau. Voilà donc la candidate moquée pour son côté rigide et robotique transformée en véritable boute-en-train.

Vous êtes tous des loosers

Hillary Clinton, imitant Donald Trump

Samedi 29 septembre, Hilary était également invitée dans la célèbre émission Saturday Night Live. Dans le rôle d'une tenancière de bar nommée Val, elle faisait face à son sosie. Donald Trump, encore une fois, en prend pour son grade : "Attendez, vous voulez parler de ce type qui dit (prenant une voix grave, ndlr) : 'vous êtes tous des losers'", lâche la candidate. Quelques jours plus tôt, elle était la vedette d'une interview menée par Lena Dunham, créatrice et actrice de la série Girls sur HBO.

Un tournant calculé

À lire aussi

La candidate à l'investiture démocrate n'a pas décidé de montrer ce côté sympathique par hasard. Ce sont les stratèges de la campagne de l'ex-secrétaire d'État des États-Unis qui ont poussé la candidate à multiplier les apparitions amusantes. "Ils ont promis que le public verrait cet automne d'autres aspects de la personnalité de Mme Clinton", écrivait le New York Times début septembre, dans un article au titre sans équivoque : "Hillary Clinton va faire preuve de plus d'humour et de cœur, selon ses assistants". 

Dans l'entourage de la femme de l'ancien président Bill Clinton, on retrouve d'ailleurs des proches d'Obama : Jennifer Palmieri, chef de la communication à la Maison blanche, et surtout Kristina Schake, ancienne assistante de Michelle Obama. Le rôle de cette dernière : changer l'image d'Hillary Rodham Clinton pour la faire devenir aussi accessible que la femme du chef de l'actuel chef de l'État.

L'humour, important mais pas décisif

Ce changement d'image ne devrait pas être surinterprété. C'est en substance le message du Washington Post, qui prend du recul sur la séquence du Saturday Night Live : "c'était un sketch amusant, dans lequel Clinton a bien joué et a placé quelques arguments". Mais au delà, "cela ne va pas faire pencher la balance d'un côté ou de l'autre", écrit le chroniqueur politique. Sur le terrain des idées, la candidate est secouée en ce moment par Bernie Sanders, bien plus à gauche, un ovni qui propose plus d'impôts pour les plus riches et des facs gratuites.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/