3 min de lecture Économie

Record pulvérisé pour un de Vinci : le marché de l'art flambe

ÉDITO - "Salvator Mundi" ("Le sauveur du monde") a été adjugé 450,3 millions de dollars, mercredi 15 novembre lors d'une vente aux enchères chez Christie's.

LENGLET 245300 Lenglet-Co François Lenglet
>
Record pulvérisé pour un de Vinci : le marché de l'art flambe - Lenglet-Co Crédit Image : AFP / EDUARDO MUNOZ ALVAREZ | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet et Loïc Farge

Un tableau du peintre italien Léonard de Vinci a été adjugé mercredi 450,3 millions de dollars (385 millions d'euros) lors d'enchères chez Christie's à New York, pulvérisant le record de la toile la plus chère du monde. Comment peut-on atteindre des prix aussi fous ? On va nous dire que c'est à cause du caractère exceptionnel du tableau. Ça n'est pas du tout l'explication. Derrière ce montant exorbitant, il y a la plus grosse bulle spéculative de tous les temps. Le marché de l’art est en train de flamber.

En début de semaine, Christie's, la maison d’enchère qui a vendu le Vinci, a réalisé une vente de tableaux pour 480 millions de dollars en une seule nuit. C'est-à-dire que cette maison (qui appartient au Français François Pinault) va vendre pour plus d’un milliard de dollars de tableaux en une semaine.

Pourquoi parler d'une bulle ? À cause de l'extraordinaire envolée des prix, qui n'a plus rien de rationnel. Les records se succèdent. Dans la peinture, mais aussi dans les transferts de joueurs de football (plus de 220 millions d'euros pour celui de Neymar au PSG). Regardez encore les prix des logements à Miami, l'un des marchés immobiliers les plus volatils au monde qui est chauffé à blanc.

À lire aussi
Thomas Porcher, économiste et essayiste économie
"On n'est pas couché" : "En économie, plusieurs avenirs possibles", dit Thomas Porcher

Regardez encore le bitcoin, cette monnaie électronique fictive, dont le cours atteint maintenant plusieurs milliers de dollars. Sans parler des actions mondiales ou des obligations, dont les prix atteignent des sommets. Partout, l'argent gonfle des spéculations tout à fait inouïes. La dernière fois qu'on avait atteint ces niveaux-là, c'était à la fin 2007. Juste avant la grande crise financière mondiale.

Extraordinaire croissance de l'endettement

Tout cet argent vient des banques centrales mondiales, qui ont littéralement donné l'argent aux banques et aux grandes entreprises, dans l'espoir de ranimer la croissance après la grande crise justement, en 2008-2009. Elles ont créé des milliers de milliards de dollars, qu'elles ont prêté à taux zéro ou presque. Et ça continue massivement en Europe et au Japon d'ailleurs. Cet argent ne reste pas dans l'économie réelle. Il se concentre dans la sphère financière et fait monter les prix des actifs, parce que ses propriétaires cherchent à l'investir. Il n'y a plus d'inflation dans le prix des biens. Elle s'est installée sur le prix des tableaux, du mètre carré et des footballeurs.
 
Cela peut mal finir. Le problème, c'est que la montée des prix n'est que la partie émergée de l'iceberg. Ce qu'on ne voit pas - et qui est très problématique -, c'est l'extraordinaire croissance de l'endettement. Bon nombre d'acteurs économiques (des entreprises, des particuliers) ont fait n'importe quoi parce que l'argent était gratuit. Ils se sont endettés comme des brutes. Et c'est ça qui va provoquer le retour de la crise. Parce qu'il arrive toujours un moment où l'on ne peut plus payer une dette excessive.

Un avertissement

Ces records constituent un avertissement. C'est très probable que cela soit le signe avant-coureur d'une nouvelle crise financière, pour les temps qui viennent. Tous les signes de démesure sont à prendre comme des indicateurs avancés du retournement.

Il y a quelques années, un économiste, Andrew Lawrence, avait remarqué que dès qu'on bat le record de la tour la plus haute du monde, une crise financière survient. C'était vrai par exemple en 1929, avec l'Empire State Building, ou en 1997, avec la crise asiatique et les tours jumelles Pétronas de Kuala Lumpur. Le record du tableau de Vinci est probablement aussi un signe que nous approchons la fin du cycle de reprise mondiale.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Vente aux enchères Art
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790987193
Record pulvérisé pour un de Vinci : le marché de l'art flambe
Record pulvérisé pour un de Vinci : le marché de l'art flambe
ÉDITO - "Salvator Mundi" ("Le sauveur du monde") a été adjugé 450,3 millions de dollars, mercredi 15 novembre lors d'une vente aux enchères chez Christie's.
https://www.rtl.fr/culture/arts-spectacles/record-pulverise-pour-un-de-vinci-le-marche-de-l-art-flambe-7790987193
2017-11-16 08:06:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/1Mig5jhNlANA-9EtR1MIZw/330v220-2/online/image/2017/1116/7790987288_une-vente-aux-encheres-chez-christie-s-a-new-york.jpg