2 min de lecture Exposition

Oscar Wilde, "l'impertinent absolu", est à découvrir au Petit Palais

Ses heures de gloire, ses provocations, la prison... Le Petit Palais met en lumière les multiples tranches de vie du célèbre écrivain irlandais.

culture Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
Oscar Wilde, l'impertinent absolu, est à découvrir au Petit Palais Crédit Média : Monique Younès | Durée : | Date : La page de l'émission
Monique Younès
Monique Younès et Ludovic Galtier

Il a vécu et est mort à Paris. Enterré au cimetière du Père Lachaise, il a écrit sa tragédie Salomé en français. Et pourtant, il n'y avait jamais eu d'exposition consacrée à Oscar Wilde en France. Un oubli maintenant réparé grâce au Petit Palais qui nous montre "l'impertinent absolu" qu'était Oscar Wilde. C'est le titre de l'exposition qui lui est consacrée. Une exposition à la scénographie très imaginative. La première salle est couverte de papier peint à fleurs de lys bleu et blanc. Une note d'humour voulue par Dominique Morel, commissaire de l'exposition.

Et c'est ainsi que de salle en salle, des tableaux, photographies, manuscrits, caricatures, lettres, essais de poésie, vidéos, pièces à convictions et compte rendus de procès, vous font découvrir la vie impertinente de cet écrivain dont le premier choc artistique a été une peinture de Saint Sébastien par l'italien Guido Reni. C'est ce Saint-Sébastien même qui vous accueille tout naturellement dans l'exposition. Il n'a pas l'air de trop souffrir des flèches qu'il a reçues. Oscar Wilde voulait être critique d'art. Ses premiers articles sont sur les expositions de la Grosvenor Gallery, ce lieu d'avant-garde londonien, qui exposait en 1877 Millet, Burne-Jones ou Watts, tableaux qu'appréciait énormément Oscar Wilde et qu'on retrouve au Petit Palais. Cette passion ne l'empêcha pas d'écrire : "Tout art est parfaitement inutile".

Un discours et des écrits provocateurs

Il y avait beaucoup de provocation dans ce qu'Oscar Wilde disait et écrivait. C’est peut-être ce qui l’a sauvé et perdu. L’auteur du fameux Portrait de Dorian Gray cherchait avant tout à faire parler de lui. Il suffit de voir les photographies qu’a fait de lui Napoléon Sarony quand Oscar Wilde a débarqué à New York pour une série de conférences sur la Renaissance anglaise dans les arts. Il pose en esthète mondain, dandy élégant, avec ses tenues extravagantes faites pour étonner, souvent une fleur de lys ou de tournesol à la boutonnière, et un comportement saugrenu, scandaleux, des mots à l'emporte-pièce.

Le procès, la prison, les travaux forcés

La tournée américaine rend célèbre Oscar Wilde. Avec l'argent des conférences, il va pouvoir prendre ses premières vacances en France, et s'adonner à l'écriture de ses chefs d'œuvre. Sa période la plus créative s'étend de 1890 à 1895, pendant laquelle il publie son roman Le portrait de Dorian Gray et sa pièce L'importance d'être Constant. Et c'est au moment où cette pièce triomphe à Londres en 1895 qu'Oscar Wilde, marié depuis 13 ans à Constance Lloyd et père de deux enfants, va être accusé par le père de son amant, lord Alfred Douglas, de pratiquer la sodomie. L'exposition se termine évidement par le procès, la prison, les travaux forcés, et l'exil d'Oscar Wilde, qui a souffert d'amour.

À lire aussi
Le gendarme Cruchot va pouvoir retrouver ses ennemis jurés. Cinéma
Cinémathèque : des nudistes visiteront l'expo Louis de Funès le 13 septembre à Paris

Après la traversée de cette subtile et excentrique rigolade qui a marqué la première partie de sa vie, c'est une tragédie qui attend l’écrivain. Elle se joue superbement dans cette exposition du Petit Palais. Oscar Wilde le flamboyant finira sa vie ruiné, abandonné de tous. Il est question aujourd'hui que la Grande-Bretagne s'excuse de l'avoir condamné en 1895 et le réhabilite, lui et tous ceux qui ont été condamnés comme lui pour des crimes sexuels qui n’en sont plus. La justice est changeante. Les œuvres d’art sont immortelles.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Exposition LVT expositions Littérature
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants