3 min de lecture Laissez-vous tenter

Le Louvre à la recherche de donateurs pour le livre d'heures de François 1er

L’établissement souhaite exposer sur le long terme le fameux petit livre de prières, trésor rare d'orfèvrerie. Mais pour ce faire, il a besoin de dons.

Laissez-vous tenter Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
Marine Kaye et Danielle Steel - Laissez-vous tenter Crédit Image : JOEL SAGET / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Monique Younès
Monique Younès Journaliste RTL

C’est une acquisition précieuse. L’unique vestige des trésors des Valois, qui ont régné sur le Royaume de France de 1328 à 1589, va être acheté par le musée du Louvre. Une acquisition historique, tant l’œuvre est exceptionnelle. Il s’agit d’un joyau de l’orfèvrerie française sans équivalent : un petit livre d’heures, c’est à dire un recueil de prières manuscrites que l’on portait sur soit, comme un bijou. Il fait 8,5 cm de hauteur et 6 cm de largeur.

Un objet exceptionnel par ses enluminures, mais aussi aussi par sa reliure, comme aime le remarquer la conservatrice en chef du Louvre Cécile Scaillierez : "Ce qui est intéressant, plus que les enluminures, c’est la reliure comme objet d’art. Il y a des rubis, des émeraudes, beaucoup de parties émaillées si vous regardez entre les pierres précieuses."


Sans parler des cornalines rouges, gravés d'une descente de croix d'une délicatesse exceptionnelle. Mais, ce livre d'heures est aussi précieux pour sa provenance : il a appartenu à François 1er qui l'a acheté le 2 janvier 1538 pour l'offrir à sa nièce Jeanne D'Albret, qui est devenue Reine de Navarre. Et à la mort de celle-ci, c'est son fils, Henri IV qui hérite du précieux objet. Quand le roi trépasse, le livre d’heures se retrouve dans les collections du cardinal Mazarin.

À la recherche de donateurs

Et ce n’est pas fini : à la révolution, le livre d'heure disparaît .... On le pense alors brûlé ! Mais il réapparaît au XVIIIème siècle dans de prestigieuses collections anglaises, notamment celle du directeur de la banque d’Angleterre : Alfred de Rothschild. Ses descendants le vendent en 1942 à  SJ Phillips, une des plus anciennes familles d’antiquaires du royaume... Depuis, plus de nouvelles.

À lire aussi
L'application Whisperies sur tablettes et ordinateur coronavirus
Confinement : Whisperies, l'application qui offre gratuitement 800 livres jeunesse

Jusqu’à ce que les dirigeants du Louvre apprennent tout récemment que les antiquaires Phillips mettent en vente ce prestigieux livre d’or. Ils en veulent huit millions de livres, soit dix millions d’euros. Branle-bas de combat au Louvre qui fait classer le livre d’heures  "Œuvre d’intérêt patrimonial majeur", ce qui permet au musée de bloquer la vente pendant trente mois, le temps de trouver les dix millions d’euros demandés par les Phillips.

De généreux donateurs se sont déjà présentés pour aider le Louvre à réunir la somme. LVMH verse cinq millions au pot. Il en manque encore cinq au moment de l'écriture de ces lignes. Une nouvelle campagne d’appel au don va solliciter la générosité de tous les Français. Le Louvre espère récolter un million d’euros, grâce à l’opération "tous mécènes". Le musée sollicitera également d'autres entreprises qui peuvent être intéressées puisqu’elles peuvent défiscaliser 90% de la somme donnée.

"François 1er et l’art des Pays-Bas"

Cerise sur le gâteau : on peut déjà voir le trésor sans dépenser le moindre centime. Le livre d’heure de François 1er fait partie des trésors montrés dans l’excellente exposition qui vient d’être inaugurée au musée : François 1er et l’art des Pays-Bas

Une exposition où l'on apprend une chose essentielle et inconnue : François 1er n’a pas uniquement collectionné des chefs d’œuvre de la renaissance italienne, il était tout autant passionné par les œuvres des artistes venant du nord. Sa collection comprenait des œuvres d'artistes célèbres comme Jean Clouet et d'autres qui le sont moins comme Godefroy le Batave, Corneille de Lyon, Joos van cleeve, qui a peint une Joconde Nue, présente dans l'exposition.



Cette exposition François 1er et l’art des Pays-Bas donnent un bel aperçu de la richesse d’inspiration des artistes nordiques à partir de 1515. Et leur présence massive en France à cette époque. Tableaux, vitraux, tapisseries, retables, enluminures, dessins, tout est d’une précision, d’une grâce, et d'une grande sensualité. Les personnages nous regardent, les paysages nous invitent, c’est la force de l’art de la Renaissance de nous faire sentir négligés, approximatifs, paresseux. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Laissez-vous tenter Exposition
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants