1 min de lecture Jean-Jacques Annaud

Le saviez-vous? : Jean-Jacques Annaud

PORTRAIT :
 (Confidences recueillies par Stéphan de Pasquale)
Enfance : "On m'a longtemps appelé "J-J peur de rien". Parce qu'on m'avait emmené au feu d'artifice quand j'avais 3 ans, ou 2 ans, j'étais dans un landau, et lorsque la première fusée est partie, pétaradant, j'ai poussé un cri et je me suis recroquevillé. Ma mère a dit "J-J tu as peur?", et j'ai répondu fièrement "non, parce que J-J peur de rien". Et à chaque fusée, j'étais terrorisé, et tout le monde autour disait "Alors J-J?" et je répondais "J-J peur de rien".
Cauchemar : "J'ai eu ce qu'on appelle des terreurs nocturnes. C'était très impressionnant, parce que je voyais généralement l'Arc de Triomphe qui se rapprochait de moi et devenait tellement gigantesque qu'il me terrorisait, et il me faisait incroyablement peur, et ensuite il re-disparaissait à toute allure dans l'espace et il devenait extrêmement petit. Je me réveillais en criant, et le médecin de famille m'avait prescrit du gardénal."
Objet : "L'objet qui est un peu mythique pour moi, c'est une dent de sanglier, qui m'avait été donnée lorsque j'ai commencé ma collection de dents, quand j'avais 6 ans. J'étais allé voir le boucher, le charcutier, les médecins pour avoir des dents. Cette collection de dents impressionnait beaucoup les  gens qui venaient à la maison, et j'avais été très émerveillé par ce boucher qui faisait de la livraison, et qui m'avait donné donc des défenses de sanglier."

FILMOGRAPHIE :
Ses débuts : La victoire en chantant, sorti en 1976. Avec les acteurs Jean Carmet, Jacques Dufilho et Catherine Rouvell’, il réalise ici son premier long métrage, après des années de carrière dans le film publicitaire. Dans l'Afrique occidentale de 1915, Allemands et Français cohabitent pacifiquement, jusqu'au jour où ils apprennent que leurs pays respectifs sont en guerre l'un contre l'autre. Ils enrôlent les indigènes dans l'armée car ces deux voisins colonisateurs vont établir un terrain de bataille en Afrique. Jean-Jacques Annaud raconte dans ce film l'histoire de cette petite épopée de la Première Guerre Mondiale, en montrant la stupidité de certains à vouloir à tout prix faire la guerre, jusqu'à prendre des volontaires de force. Jean-Jacques Annaud s'impose d'entrée comme un maître du cinéma, recevant l'Oscar du Meilleur film étranger en 1976.
la victoire en chantant
Son plus grand succès : L'Ours, sorti en 1988. C'est une adaptation du roman de James Oliver Curwood, Le Grizzly. Un ourson, orphelin, va être recueilli par un autre ours, adulte et solitaire qui va lui apprendre comment vivre et survivre. Mais, deux chasseurs sont à leurs trousses : Bill (Jack Wallace) et Tom (Tchéky Karyo). Ce-dernier va peu à peu prendre conscience de la valeur de la vie animale, et notamment de ces ours. Une histoire remarquable, émouvante et touchante, dans laquelle on s'attache aux personnages, et particulièrement aux animaux. Une réalisation extraordinaire qui nous transporte dans les réalités d'une vie sauvage. Jean-Jacques Annaud est récompensé ici de deux Césars, celui du Meilleur réalisateur, et du Meilleur montage. Le film a totalisé plus de 9 millions d'entrées.
L'Ours

SI VOUS AVEZ AIME :
-La guerre du feu, sorti en 1981. A l'époque très lointaine de l'Age de Pierre, quand les humains commencent à devenir des hommes, trois guerriers partent à la recherche du feu, élément de survie très convoité, mais aussi objet de discorde et de batailles. Ce film nous raconte aussi l'histoire d'un homme qui découvre sa propre humanité, à travers les sentiments que Naoh éprouve pour la jeune Ika, d'une tribu d'homo sapiens "sapiens". Il va livrer un combat entre son animalité et son humanité, alternant rapports de force et rapports émotionnels. Premier film de fiction préhistorique, et La guerre du feu connaît un succès remarquable, qui lui rapporte le César du Meilleur film français de l'année ainsi que le César du Meilleur réalisateur.
id='blogvision'>
La Guerre du feu-Sept ans au Tibet, réalisé en 1997. Avec Brad Pitt, David Thewlis et B.D Wong, Jean-Jacques Annaud réalise ici un film d'exception. Des images à couper le souflle dans le décro immaculé des hauteurs tibétaines.  Heinrich Harrer (Brad Pitt) est au Autrichien, alpiniste professionnel, qui veut conquérir le sommet inviolé de l'Himalaya, le Nanga Parbat, et y planter le drapeau nazi. Mais le Tibet est un territoire britannique, et l'Europe entre en guerre. Harrer est donc fait prisonnier, s'évade, et commence pour une nouvelle vie d'errance, dans laquelle il fait une rencontre inestimable, celle du jeune Dalaï-lama. Avec plus de 2 millions d'entrées en France, le film rencontre un succès mérité.

-Deux frères, réalisé en 2004. Après L'Ours, Jean-Jacques Annaud se replonge ici dans la vie animalière sauvage et son rapport avec l'humain, nous racontant l'histoire de deux tigres, deux frères, qui vont être séparés par l'homme. Alors que l'un, Koumal, est placé dans un cirque, le second, Sangha, est adopté par un jeune garçon d'une riche famille coloniale. Devenu agressif, il est confié à Prince, et va se retrouver face à son frère dans une arène de combat. Jean-Jacques Annaud parvient encore une fois à nous attendrir et nous émouvoir grâce à la simplicité de l'animal sauvage. Plus de 3 millions d'entrées et un César du meilleur montage au total.

Lire la suite
Jean-Jacques Annaud Le saviez-vous Divertissement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants