1. Accueil
  2. Culture
  3. Arts et spectacles
  4. Le musée Picasso, qui abrite les 500 plus belles œuvres du maître, se métamorphose
2 min de lecture

Le musée Picasso, qui abrite les 500 plus belles œuvres du maître, se métamorphose

Dans 4 mois jour pour jour, le musée Picasso rouvrira ses portes au public, à Paris, après 5 ans de fermeture pour travaux. Une métamorphose spectaculaire pour cet hôtel particulier.

Des personnes regardent, le 27 septembre 2005 au musée Picasso à Paris, des oeuvres de Picasso, avec en premier plan "Les Demoiselles d'Avignon"
Des personnes regardent, le 27 septembre 2005 au musée Picasso à Paris, des oeuvres de Picasso, avec en premier plan "Les Demoiselles d'Avignon"
Crédit : MEHDI FEDOUACH / AFP

 Le 20 juin 2014, le musée Picasso à Paris, fermé pour travaux depuis 5 ans, ouvrira ses portes au public. Il abrite la plus importante collection d'œuvres de Picasso au monde, plus de 5.000.

À écouter

Visitez le musée Picasso rénové et agrandi en avant-première
00:05:10

Le musée est métamorphosé

Inauguré en 1985 à l'Hôtel Salé, il était l'un des plus beaux hôtels particuliers du Marais. Quand on rentrait dans les salles du rez-de-chaussée, on butait sur une parois aveugle. On devait revenir sur ses pas pour passer d'une salle à une autre. L'aspect labyrinthique de la visite empêchait de voir l'évolution du peintre.

C'est une collection absolument exceptionnelle

Anne Baldassari, directrice du musée

Dans 4 mois, vous allez pénétrer dans un bâtiment ouvert, décloisonné, que vous pourrez traverser latéralement dans sa totalité, de la cour au jardin et sur les cinq étages afin de contempler les 500 plus belles œuvres du maître. Et parmi ces splendeurs historiques, des pièces que l'on n'avait pas l'habitude de voir et que la directrice du musée Anne Baldassari connait par cœur.

"C'est une collection absolument exceptionnelle" aussi "parce que Picasso l'a laissée en l'état, c'est à dire souvent inachevée, raconte la directrice du musée. Ça tient avec une épingle, un bout de scotch, un peu de pâte à sel, des objets qui sont absolument incroyables. Il nous les a transmis tel quel, sans aucune intervention. Sa fameuse phrase 'Donnez-moi un musée je le remplirai', est notre slogan pour l'ouverture."

L'espace d'exposition agrandi

À écouter aussi

La surface d'exposition a presque triplé, passant de 1.600 à 3.600 m2. L'architecte Jean-François Bodin a creusé en sous-sol, construit un nouveau bâtiment qui longe le jardin et surtout il a investi les espaces jadis occupés par l'administration. Le dernier étage, sous les combles, sera dédié à la collection particulière de Picasso qui comprend les tableaux de ses maîtres et de ses amis.

"On a sa collection avec des œuvres de Chardin, Cézanne, Matisse, Vauguin, Degas... Plus sa collection d'arts océanien et africain. A partir du rez-de-chaussée se développe sur 3 étages un grand accrochage chronologique. On démarre en 1895 car nous détenons les deux premières peintures de Picasso (...) et jusqu'en 1972, quelques mois avant sa mort", explique Anne Baldassari.

30 salles d'expositions rendront plus aisée la compréhension de l'œuvre complexe de ce génie tentaculaire. Mais tout a été repensé : l'auditorium, l'atelier d'éducation artistique. Anne Baldassari a poussé le souci du détail jusqu'au jardin dont elle a confié l'aménagement au paysagiste belge Eric Donthe. 1.200 m2 de verdure qui pourront aussi accueillir des activités culturelles. "Une grande pelouse avec une scène amovible qui viendra se poser contre la façade du bâtiment", précise-t-elle, pour avoir des spectacles pendant la belle saison, de cinéma, théâtre, danse ou de musique...

Avec un accrochage à la pointe de la technologie

Le bâtiment sera livré le 31 mars et la collection que l'on avait mise à l'abri durant les travaux sera rapatriée en avril. Anne Baldassari commencera alors l'accrochage dans des salles à la pointe de la technologie.

"C'est une sorte de bunker", poursuit la spécialiste, puisque tous les verres sont des verres anti-fraction, il y a des systèmes de détection périmétrique et des caméras invisibles qui font 360°, "ça va être très impressionnant", conclut-elle.

Le tout pour un coût de 52 millions d'euros, autofinancé à 60 % par un tour du monde de la collection pendant ces années de fermeture. Un travail titanesque et admirable d'Anne Baldassari et de ses équipes qui attendent un million de visiteur par an pour le plus beau des musées Picasso.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.