2 min de lecture Littérature

La mythologie cannoise dans un roman de Gilles Jacob, ex-président du Festival de Cannes

REPLAY - À 3 semaines du coup d'envoi du 68ème Festival de Cannes, Gilles Jacob, ex-Président de ce rendez-vous mondial, publie un roman dans lequel une histoire d'amour croise la "mythologie" cannoise.

Laissez-vous tenter Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
La mythologie cannoise dans un roman de Gilles Jacob, ex-président du Festival de Cannes Crédit Média : Bernard Lehut | Durée : | Date :
La page de l'émission
Bernard Lehut
Bernard Lehut et Martin Cadoret

Le Festival de Cannes s'ouvrira le 13 mai et pour se mettre en appétit, voici le roman de celui qui l'a dirigé pendant 38 ans, Gilles Jacob. Non sans un soupçon de malice, il a intitulé son roman Le festival n'aura pas lieu. Sur la couverture, une photo noir et blanc d'Ava Gardner et Grace Kelly, superbes, dans le film de John Ford, Mogambo, réalisé au Kenya en 1952. C'est là où commence le livre : un jeune journaliste français, Lucien Fabas, part en reportage sur le tournage.

L'épopée du festival revisitée

Le héros de Gilles Jacob, Fabas, tombe amoureux de la soeur d'Ava Gardner. L'un des charmes de son roman est de nous faire découvrir l'entourage et l'intimité des stars. Lucien Fabas, le jeune journaliste, devient patron du festival de Cannes pendant près de 20 ans, de 1954 à 1972. En parallèle à l'émouvante histoire de l'amour discret, hésitant mais persistant entre Fabas et Bappie, la soeur d'Ava Gardner, Gilles Jacob revisite l'épopée du festival tout au long de ces 20 années. Par exemple lorsqu'en 1954 les ligues de vertu en Amérique appellent au boycott de Cannes après la publication d'une photo de Robert Mitchum palpant les seins d'une starlette sulfureuse, Simone Silva.
Il parle aussi d'un autre chapitre plus connu de Cannes, mai 68. La contestation a gagné le monde du cinéma, donnant lieu au festival le plus agité de l'histoire. Cela nous vaut des portraits bien enlevés par Gilles Jacob de Truffaut, "un Médor turbulent et affectueux" et de Godard, "un chat qui s'en va tout seul, un minet dédaigneux". D'autres pages cannoises passionnantes sont à redécouvrir tout comme l'épilogue de l'histoire d'amour de Fabas. Le tout donne un roman délicieusement nostalgique, élégant et pimenté d'un brin de fantaisie. Le festival n'aura pas lieu paraît mercredi chez Grasset. Le 68ème festival de Cannes, lui, aura bien lieu et il sera présidé pour la première fois par Pierre Lescure.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Littérature Festival de Cannes Laissez-vous tenter
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants