2 min de lecture Littérature

La féminisation de la langue française dans "Le Monde"

Le journal "Le Monde" a décidé depuis le début de l'année féminiser certains noms, métiers et fonctions, pour suivre le mouvement de féminisation de la langue française.

Muriel Gilbert Un bonbon sur la langue Muriel Gilbert
>
La féminisation de la langue française dans "Le Monde" Crédit Image : iStock / Getty Images Plus | Crédit Média : Muriel Gilbert | Durée : | Date : La page de l'émission
Muriel Gilbert
Muriel Gilbert

Nous avons beaucoup parlé de la féminisation de la langue française, avec la giga polémique sur l'écriture inclusive. La féminisation de la langue française est la grosse actualité de l'année 2017, et je ne suis pas loin de penser que ce sera aussi celle de 2018. Le week-end dernier, on pouvait lire cette phrase dans le journal Le Monde : "La bibliothèque de l'université Yale vient de se porter acquéreuse de 112 lettres que Simone de Beauvoir a adressées à Claude Lanzmann."

À partir de ce mois de janvier 2018, le mot "acquéreuse" se dit donc dans Le Monde. C'est le plus gros changement, depuis plus de dix ans que j'y corrige la prose des journalistes, de ce qu'on appelle "la marche" de ce journal. La "marche" d'un journal répertorie un ensemble de décisions qui font partie de ce qui le distingue d'un autre dans sa forme. En dehors des fautes à proprement parler, il s’agit, dans les domaines où l’on a le choix, de présenter les mêmes choses toujours de la même manière, afin que le lecteur y retrouve ses petits. 

Par exemple, Le Monde est connu pour ne pas mettre de majuscule aux intitulés des ministres et des ministères, à la différence de la plupart des autres journaux. Depuis une dizaine d'années, le journal et ses correcteurs ont décidé, autant que faire se pouvait, de féminiser les noms de professions. L'auteure, l'écrivaine, la metteuse en scène, la Première ministre…

À lire aussi
75% des Français et des Françaises seraient favorables à l'écriture inclusive langue française
Orthographe : attention à l'emploi des majuscules

Bientôt de nouveaux mots dans le dictionnaire ?

L'année 2017 a été marquée par une quantité d'événements qui ont placé les femmes et leurs luttes à la une, avec notamment le machisme échevelé de Trump, les affaires de harcèlement sexuel, etc. Les médias ont parfois été interpellés pour leur manque d'implication dans la cause des femmes. Quelques-uns, dont l'AFP et Le Monde, ont résolu de se montrer plus égalitaires, dans leurs contenus mais aussi dans leur utilisation de la langue.

Certains mots n'avaient pas de féminin et ça posait problème pour décrire certaines réalités. Depuis début 2018, les correcteurs du Monde ont élaboré une liste de noms, de métiers et de fonctions féminisés. Désormais, on écrira une acquéreuse, une agresseuse, une commissaire-priseuse, une défenseuse, une successeure
Ces mots ne sont pas dans le dictionnaire, mais les dictionnaires ne font que photographier l'usage. Donc je vous parie que ces mots y seront bientôt. Savez-vous quel mot a été élu mot de l'année par l'équivalent américain du Larousse ? "Feminism".

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Littérature Mots Féminisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792004111
La féminisation de la langue française dans "Le Monde"
La féminisation de la langue française dans "Le Monde"
Le journal "Le Monde" a décidé depuis le début de l'année féminiser certains noms, métiers et fonctions, pour suivre le mouvement de féminisation de la langue française.
https://www.rtl.fr/culture/arts-spectacles/la-feminisation-de-la-langue-francaise-dans-le-monde-7792004111
2018-01-27 09:53:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/nJEuKrAJvmI09-UZDeAVqQ/330v220-2/online/image/2017/1018/7790571850_75-des-francais-et-des-francaises-seraient-favorables-a-l-ecriture-inclusive.jpg