2 min de lecture Littérature

L'écrivain Jean d'Ormesson est décédé à l'âge de 92 ans

L'écrivain et académicien français est décédé dans la nuit de lundi à mardi à l'âge de 92 ans.

Écoutez l'Édition spéciale de "RTL Matin" consacrée à la mort de Jean d'Ormesson
Crédit Média : Yves Calvi

C'était un géant de la littérature française. Jean d'Ormesson s'est éteint dans la nuit de lundi 4 à mardi 5 décembre à l'âge de 92 ans. L'écrivain, journaliste ayant ses habitudes dans les colonnes du Figaro et académicien est décédé d'une crise cardiaque à son domicile de Neuilly (Hauts-de-Seine), a précisé sa fille, l'éditrice Héloïse d'Ormesson. "Il a toujours dit qu'il partirait sans avoir tout dit et c'est aujourd'hui. Il nous laisse de merveilleux livres", a-t-elle ajouté.

Élu en 1973 à l'Académie française, éditorialiste et ancien directeur du Figaro (1974-1977), il est l'auteur d'une quarantaine d'ouvrages. En 1956, il a publié son premier livre L'amour est un plaisir, sans succès. La reconnaissance des lecteurs est venue dix ans plus tard avec Au revoir et merci, sacrée pirouette du destin puisque l'ouvrage est censé sonner l'adieu de Jean d'Ormesson à la littérature. Il n'en est rien. Sa carrière littéraire explose même en 1971 avec La Gloire de l'Empire, récompensé par le Grand Prix de l'Académie française.

Né à Paris le 16 juin 1925, le petit Jean Bruno Wladimir François de Paule Le Fèvre d'Ormesson, surnommé "le moustique" en famille, voyageait où son père était nommé ambassadeur. ainsi et très tôt il voyage et découvre successivement l'Allemagne, la Roumanie, le Brésil... De retour à Paris, élève à Normale Sup, puis agrégé de philosophie, Jean d'Ormesson papillonne dans les années d'après-guerre, d'une carrière à l'Unesco au journalisme et à l'écriture.

Jean d'Ormesson, mort d'un Immortel
Crédit Média : RTLnet Crédit Image : NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Il menait depuis plus de six décennies une carrière d'écrivain, qui a fait de cet aristocrate élégant et charmeur l'une des figures les plus populaires du paysage intellectuel et médiatique français. En janvier 2015, il reçut la récompense suprême de tout romancier, la publication de son oeuvre dans la collection La Pléiade des éditions Gallimard. "C'est une grande émotion La Pléiade!", confiait-il alors. "On entre dans la collection de Chateaubriand, d'Aragon, de Proust..." C'est chez Gallimard que parut en 1974 son oeuvre phare Au plaisir de Dieu et que devrait paraître en février 2018 le dernier de sa quarantaine d'ouvrages, Et moi, je vis toujours

Emmanuel Macron a rendu hommage à l'écrivain saluant dans un tweet "un prince des lettres sachant ne jamais se prendre au sérieux", "le meilleur de l'esprit français". 

"Il aura proclamé sa paresse et sa nonchalance mais laisse derrière lui une des œuvres les plus abondantes et les plus diverses de notre littérature contemporaine", a développé le président dans un communiqué, saluant "des livres inclassables, tenant de l'essai, de la méditation et du récit, où il donnait libre cours à son immense culture, à son goût de la grande et de la petite histoire, à ce sens de l'absurde caché derrière un humour espiègle". 
"Les Français se passionnèrent pour ce que Jean d'Ormesson leur disait du vaste monde, de l'univers, de Chateaubriand, de Venise, des femmes, de l'amour, de la littérature, de l'astronomie, des îles grecques, de Proust, de l'histoire des hommes, des sciences, et bien sûr de Dieu, qui fut son ultime, sa grande passion. Il crut en Dieu avec incrédulité et ferveur", a écrit Emmanuel Macron.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés