1. Accueil
  2. Culture
  3. Arts et spectacles
  4. Julien Courbet présente son nouveau one-man show, "Jeune et joli à 50 ans"
2 min de lecture

Julien Courbet présente son nouveau one-man show, "Jeune et joli à 50 ans"

REPLAY - Au programme, l'animateur présente son dernier spectacle et le Grand Palais consacre une rétrospective sur le photographe Irving Penn.

Julien Courbet
Julien Courbet
Crédit : Christophe Guibbaud / Sipa pour RTL
Le One Man Show de Julien Courbet
00:01:24
Julien Courbet présente son nouveau one-man show, "Jeune et joli à 50 ans"
00:23:24
Laissez-vous tenter du 21 septembre 2017
00:03:07
Julien Courbet présente son nouveau one-man show
00:04:52
Une rétrospective sur Irving Penn au Grand Palais
00:04:35
"L'Art de perdre" d'Alice Zeniter publié chez Flammarion
00:04:28
Entretien intégral avec Alice Zeniter
00:14:25
Florent Pagny : "J'aime vivre plusieurs vies en même temps"
00:07:12
Le Service Culture

Julien Courbet s'installe à partir de ce jeudi 21 septembre et jusqu'au 23 décembre à la Comédie des Boulevards, rue du sentier, à Paris, avec un nouveau one-man show, Jeune et joli à 50 ans. Le premier a été joué plus de 350 fois, et visiblement la cinquante l'a beaucoup inspiré pour ce deuxième spectacle. "Ce qui change à 50 ans, c'est que ma tête et mon corps qui étaient comme deux doigts de la main, ne sont plus d'accord", confie-t-il.

Les choses changent aussi dans l'intimité, comme "l'usure sexuelle", comme le décrit l'humoriste dans ce dernier spectacle. L'animateur parle également de la grande révolution de la cinquantaine : les cheveux qui tombent et les poils qui se mettent à pousser.

Il évoque également les devoirs philosophiques de son fils en terminale. Julien Courbet joue ce spectacle à partir de ce jeudi soir 20 heures jusqu’au 23 décembre à la Comédie des boulevards, rue du sentier à Paris.

Une rétrospective sur Irving Penn au Grand Palais

L'année 2017 marque le centenaire de la naissance d'Irving Penn, l'un des plus grands photographes américains, aussi célèbre pour ses photos de mode réalisées pour le magazine Vogue que pour ses portraits ou ses natures mortes. Le Grand Palais à Paris lui consacre une majestueuse rétrospective. 

Toute bonne rétrospective est un savant dosage entre des œuvres iconiques et des surprises, et c'est le cas au Grand Palais. Les photos iconiques de Irving Penn sont là. Le photographe a travaillé pour tous les grands créateurs de mode et a photographié les plus grandes personnalités de son temps, devant la même toile de fond, un rideau de scène acheté à Paris dans les années 50 et que le commissaire de l'exposition Jérôme Neutres a tenu à exposer au Grand Palais. Un des plus célèbre clichés de Penn restent les enfants de Cuzco

Les oeuvres d'Irving Penn exposées au Grand Palais
Les oeuvres d'Irving Penn exposées au Grand Palais
Crédit : GINIES/SIPA

On trouve également une série de natures mortes aux mégots de cigarette. Irving Penn ramassait des mégots dans les caniveaux ou dans les cendriers de ses amis. Il disait que la cigarette écrasée est un révélateur de la personnalité du fumeur.

Mais avant d'arriver dans la salle des mégots vous aller traverser la salle des nus. Et là, on est véritablement dans le génie. Car ce n’est pas érotique, pas pornographique, ça n’est même pas esthétique, c’est déconcertant de grâce. Ces œuvres de pure tendresse, Irving Penn les a réalisées entre 1949 et 1950, à trente-trois ans.

Les 230 photographies accrochées dans l’exposition ont été développées par Irving Penn. Ça aussi c’est rare. Mais on le comprend mieux quand on sait que Irving Penn voulait être peintre, il a donc travaillé ses tirages comme un peintre ses glacis. Ses œuvres survolent 70 ans de carrière. C’est précis, intense, c’est au Grand Palais jusqu'au 29 janvier.

"L'art de perdre" d'Alice Zeniter

Parmi les romans les plus remarqués de la rentrée figure L'art de perdre d'Alice Zeniter publié chez Flammarion. Alice Zeniter n'a que 31 ans, mais elle signe déjà son quatrième roman.

Dans celui-ci, il est question à nouveau d'une famille plongée dans la grande Histoire des Kabyles cette fois du temps de l'Algérie coloniale puis de la guerre d'indépendance et enfin de l'exil parce que cette famille se retrouve dans le mauvais camp, celui des harkis.

"L'Art de perdre" aux éditions Flammarion
"L'Art de perdre" aux éditions Flammarion
Crédit : Éditions Flammarion

Réécouter la chronique.

Musique

Quatre ans après son dernier disque, Florent Pagny est de retour vendredi 22 septembre avec un nouvel album, Le Présent d'abord.

"Le présent d'abord", le nouvel album de Florent Pagny
"Le présent d'abord", le nouvel album de Florent Pagny
Crédit :

Réécouter la chronique.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/