2 min de lecture Littérature

Jean d'Ormesson : "J'ai aimé la Méditerranée à la folie"

RENCONTRE - L'auteur de "La Gloire de l'Empire", décédé dans la nuit du 4 au 5 décembre, évoquait dans "Chemins d'écrivains" sa passion pour la Corse et la Méditerranée quelques mois plus tôt.

Chemins d'écrivains
Chemins d'écrivains du 30 juillet 2017
Crédit Média : Bernard Lehut

L'écrivain et académicien Jean d'Ormesson est mort dans la nuit de lundi à mardi à l'âge de 92 ans, a annoncé sa famille à l'AFP. Le romancier est décédé d'une crise cardiaque à son domicile de Neuilly (Hauts-de-Seine), a précisé sa fille, l'éditrice Héloïse d'Ormesson. 

En juillet 2017, Bernard Lehut s'est rendu à Saint-Florent, en Corse, à la rencontre de l'écrivain : 

C'est un chemin rare qui s'ouvre aujourd'hui aux férus de lectures : celui de Jean d'Ormesson en Corse. L'académicien passe ses étés en toute discrétion dans la propriété familiale de la baie de Saint-Florent au nord de l'île. Une discrétion que Jean d'Ormesson a accepté de rompre exceptionnellement pour vous, le temps d'évoquer sa passion pour la Méditerranée et l'île de beauté.

"Depuis que je suis en Corse, je voyage évidemment beaucoup, parce que c'est quand même un endroit d'une beauté extraordinaire". L'écrivain s'est installé en face de Saint-Florent, au milieu de jardins de grande beauté. 

C'est d'ailleurs dans cet endroit que beaucoup de ses livres ont été écrits : "Je peux écrire n'importe où, ce qu'il me faut c'est du calme. Ici évidemment on écrit plus facilement. On peut très bien rester immobile sans écrire, simplement à regarder le paysage qui est tellement satisfaisant." Parfois, des Corses lui disent que dans ses livres, il parle peu de leur île : "C'est assez vrai : j'aurai l'impression de l'abîmer."

Un amour pour la Méditerranée

La végétation, très riche de l'île, Jean d'Ormesson y est évidemment sensible. Ce qu'il préfère : le maquis : "Ce maquis sent évidemment si bon. Napoléon disait qu'en bateau il reconnaissait de très loin l'odeur de la Corse." Ce paysage réunit surtout les trois choses que l'écrivain a régulièrement louées dans ses livres, y compris dans Guide des Égarés : l'air, la lumière et l'eau : "L'air ici est peu pollué, j'ai follement aimé le soleil et évidemment j'ai aimé la mer à la folie, et surtout à peu près exclusivement la Méditerranée. Quand on dit 'notre mer', c'est vraiment ce que je ressens. Nous sommes inséparables de cette mer." 

Le "Guide des égarés" de Jean d'Ormesson (Gallimard)

Cette mer, il l'affectionne particulièrement comme il aime le rappeler : "C'est amusant parce que je n'ai aucun lien avec la Méditerranée. Déjà enfant j'adorais la Méditerranée, les ports, mais ce que j'aimais par-dessus tout c'était les bateaux. Un de mes rêves que je n'ai pas réalisés, c'était de prendre pendant six mois un bateau et de faire le tour de la Méditerranée. Je regrette de ne pas l'avoir fait."

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés