1 min de lecture Décès

"Jean d'Ormesson était une figure d'une France rêvée", estime Alain Duhamel

ÉDITO - L'éditorialiste revient sur le décès de Jean d'Ormesson à l'âge de 92 ans et rend hommage à cet "aristocrate populaire".

L'Edito d'Alain Duhamel
"Jean d'Ormesson était une figure d'une France rêvée", estime Alain Duhamel
Crédit Média : RTLnet Crédit Image : NICOLAS MESSYASZ/SIPA
Voir la suite

Jean d'Ormesson est décédé dans la nuit du 4 au 5 décembre. "Pour moi, c'était d'abord quelqu'un d'original, un cas très particulier car c'était un aristocrate populaire", confie Alain Duhamel, qui connaissait très bien l'écrivain et académicien. "Aristocrate, il l'était par son origine, ses manières, son cursus (...) Populaire, parce qu'en même temps c'était quelqu'un que les Français aimaient. C'est quelqu'un qui avait un nombre de lecteurs absolument faramineux, qu'on aimait voir à la télévision, écouter à la radio, qu'on aimait lire", explique l'éditorialiste. 

"C'était une figure française, mais une figure d'une France rêvée. C'est-à-dire du Français tel que le voyait dans les romans de l'Entre-deux-guerres : le Français brillant, causeur incomparable, tellement gai, tellement séducteur, tellement cultivé. Bien sûr, il n'y a pas énormément de Français de ce genre, mais c'était ça."

"En même temps, derrière sa légèreté apparente ou son brio, il y avait aussi de la gravité, de l'interrogation. Je l'ai entendu dix fois me demander : 'mais au fond, est-ce que vous me diriez que je suis un grand écrivain ?'", se souvient Alain Duhamel. 

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés