1 min de lecture Littérature

"Je me suis tue", une pépite comme premier roman

REPLAY - "Je me suis tue", le premier roman d'un inconnu nommé Mathieu Menegaux, conte la confession d'une femme du fond de la cellule où elle attend son jugement. Quel est son crime? Et pourquoi son silence ?

Laissez-vous Tenter Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture
>
"Je me suis tue", une pépite comme premier roman Crédit Média : Bernard Lehut | Durée : | Date :
La page de l'émission
Bernard Lehut
Bernard Lehut et Martin Cadoret

Mathieu Menegaux est l'auteur d'un premier roman publié début avril, une véritable pépite intitulée Je me suis tue. L'été approche, les nouvelles parutions se font rares, ce qui laisse du temps pour regarder les livres restés sous la pile. Imaginez : un soir, un peu blasé et sceptique, vous ouvrez le premier roman d'un inconnu et là se produit la magie de la lecture. Vous ne le lâchez plus, bluffé et bouleversé par l'incroyable confession de Claire, la voix, la narratrice de Je me suis tue. Elle est en prison, son procès se termine le lendemain.
Quel est son crime et pourquoi s'est-elle toujours tue ? Claire va nous raconter l’enchaînement des faits qui l'ont menée là. "J'ai eu envie d'attraper le lecteur tout de suite. J'ai vu cette femme, dans la solitude infinie de cette cellule", révèle Mathieu Menegaux.

L'héroïne maudite d'une tragédie moderne

Difficile d'en dire beaucoup plus sur l'histoire, au risque de dévoiler le secret de Claire. Tout au plus peut-on dire que l'engrenage fatal qui l'a conduite en prison commence par un viol dont elle est victime un soir dans Paris. Claire choisit de le passer sous silence et de porter seule ce fardeau. "Elle va se dire : 'Je ne veux pas être la victime'. Elle n'anticipe pas toutes les conséquences que cette décision va avoir", détaille l'auteur.

Je crois que j'aurais eu envie d'être une femme

Mathieu Menegaux
Partager la citation

Claire, victime de son orgueil, de son mutisme et de la cruauté du destin devient l'héroïne maudite d'une tragédie moderne. Le coup d'essai de Mathieu Menegaux est un coup de maître. L'auteur dévoile son habileté à se glisser dans la peau de Claire. "Je crois que j'aurais eu envie d'être une femme, ce sont elles qui donnent la vie. Et la littérature est une façon de sortir de soi. J'y ai pris un plaisir fou", confie Mathieu Menegaux.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Littérature Livres Laissez-vous tenter
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7778692557
"Je me suis tue", une pépite comme premier roman
"Je me suis tue", une pépite comme premier roman
REPLAY - "Je me suis tue", le premier roman d'un inconnu nommé Mathieu Menegaux, conte la confession d'une femme du fond de la cellule où elle attend son jugement. Quel est son crime? Et pourquoi son silence ?
https://www.rtl.fr/culture/arts-spectacles/je-me-suis-tue-une-pepite-comme-premier-roman-7778692557
2015-06-12 09:32:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/3t36_ewAcPEhFha-lpyfYA/330v220-2/online/image/2015/0611/7778693079_mathieu-menegaux-l-auteur-de-je-me-suis-tue.jpg