1. Accueil
  2. Culture
  3. Arts et spectacles
  4. Comédie musicale : dans les coulisses du théâtre Mogador
3 min de lecture

Comédie musicale : dans les coulisses du théâtre Mogador

REPLAY - "Le Roi Lion" "Mamma Mia", "Cats"... Depuis 10 ans, le théâtre Mogador à Paris est devenu une institution de la comédie musicale. Quels sont les secrets de fabrication de ces spectacles ? Reportage en coulisses.

"Cats" lors d'une représentation à New York en janvier 2015
"Cats" lors d'une représentation à New York en janvier 2015
Crédit : ROSLAN RAHMAN / AFP
Comédie musicale : dans les coulisses du théâtre Mogador
05:20
Steven Bellery & Martin Cadoret

Voilà dix ans cette année que le Théâtre Mogador est devenu une place forte de la comédie musicale. Reprise par le producteur Stage Entertainment, l'institution parisienne a fait revivre Le Roi Lion, Mamma Mia !, Sister Act, La Belle et la Bête ou en ce moment le cultissime Cats. Comment fabrique-t-on une comédie musicale à succès ? Enquête dans les coulisses de Mogador, pendant les répétitions du spectacle Cats. Danseurs, comédiens, musiciens, techniciens, maquilleurs, tous se mettent au service chaque soir d'une mécanique bien huilée.

Une exigence très élevée

14h, les premiers artistes arrivent au Théâtre. Dans le hall on s'active. On passe l'aspirateur dans un coin, on approvisionne les bars. Dans le sous-sol, on travaille déjà. Une pièce de 25m², avec des étagères à tous les murs et des tabourets à roulettes. "Ça ressemble à un poulailler", s'amuse Héloïse Grandu, 30 ans, est costumière au Théâtre Mogador. "C'est notre atelier costume, avec notre grande table de coupe. En dessous, on trouve les caisses de différents tissus qui nous servent pour les réparations", montre la costumière. Toutes les tenues ont été lavées, séchées et rafistolées par les sept habilleuses.

Dans la pièce d'à côté on entend des bruits de sèches-cheveux. On pousse la porte : c'est ici que l'on prépare les artistes pour le show. "Dans cette pièce, il se passe beaucoup de choses, on rit, on pleure, il y a beaucoup d'émotions. C'est là qu'on vit, avec les artistes. Il y a toutes les perruques", détaille Christine Lemarchand, la chef-maquilleuse théâtre Mogador depuis Le Roi Lion. "Il y a une rigueur de travail très élevée et la rigueur de tous les départements combinés fait que les choses sont au top et que rien n'est laissé au hasard", révèle la chef-maquilleuse.

Malgré l'habitude, pas question de se relâcher

Mogador a imposé un véritable savoir-faire. Tous leurs spectacles ont été des réussites. Probablement grâce à leur niveau d'exigence. Vanessa Cailhol entame avec Cats sa troisième collaboration avec l'entreprise. "On sait que c'est des spectacles de qualité, qu'on va avoir une jolie production, des habilleuses. C'est une façon particulière de travailler, à l'américaine", confie la comédienne. Un lieu qui fait rêver, mais où il faut bosser. 18h30, c'est l'heure de l'échauffement physique. La bande son, c'est Tina Turner. Les 25 artistes sont maquillés mais encore en jogging. Grand écart, étirements... Le spectacle commence dans une heure et demie. Au-dessus de nos têtes on travaille aussi. Lionel était suspendu à une rampe de lumière depuis une bonne heure. "J'étais à 15/20 mètres, je changeais une machine lumière qui sert à éclairer les artistes sur scène", éclaire le technicien.

À lire aussi

On apporte un piano dans la salle. Il est pile 19 heures. C'est le moment de réveiller les voix. "On essaie de respirer moins souvent, mais de prendre des respirations plus larges", lance Matthieu Serradell, assistant directeur musical, à la troupe de comédiens. "L'échauffement vocal, c'est aussi un moment où les artistes se retrouvent, on peut leur donner des notes sur ce qui s'est bien passé ou pas dans les shows précédents. C'est du spectacle vivant, donc tout peut arriver, mais on veille à rester précis", explique le superviseur. Même technique pour la danse. Une capitaine donne bons et mauvais points. Objectif : que les artistes ne se relâchent pas avec l'habitude.

Techniciens et musiciens s'activent en coulisses

Dans les coulisses aussi on s'active. Quinze techniciens seront mobilisés pendant le spectacle. Guillaume Decreuze - micro-casque sur les oreilles - est essouflé. Il court partout. C'est le régisseur scène. "Je suis dans le côté technique et dans le côté artistique, on donne tous les top de changements de lumière, de changement de décor. On doit avoir une connaissance la plus complète du spectacle", précise Guillaume Decreuze.

Au-dessus des têtes, une mezzanine. 8 musiciens accordent leurs instruments, installent leurs 300 pages de partitions. Le show commence dans 45 minutes. Graham Hurman, le superviseur musical attrape sa baguette pour dix minutes de répétitions, pas plus. Puis, on se dégourdit les jambes. Certains vont manger un fruit pour se donner un peu d'énergie. En loges, on s'habille. Le public s'installe. Guillaume, le régisseur prend son talkie-walkie et monte tout en haut de la salle. Il est 20h et il donne le top pour l'annonce. Le spectacle peut commencer. Et ça sera comme ça tous les soirs pour Cats, au Théâtre Mogador jusqu'au 3 juillet prochain.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/