1. Accueil
  2. Culture
  3. Arts et spectacles
  4. Christine Angot parle de son nouveau roman, "Un amour impossible"
2 min de lecture

Christine Angot parle de son nouveau roman, "Un amour impossible"

REPLAY- L'écrivaine Christine Angot se confie sur son nouveau roman : "Un amour impossible". Il fait l'unanimité en cette rentrée littéraire, et s'inscrit déjà dans la course au prix Goncourt.

Dans son nouveau roman, "Un amour impossible", Christine Angot évoque sa relation avec sa mère
Dans son nouveau roman, "Un amour impossible", Christine Angot évoque sa relation avec sa mère
Crédit : MAXIMILIEN LAMY / AFP
Laissez-vous tenter du 4 septembre
26:19
Christine Angot, invitée de Laissez-vous tenter, partie 1
08:10
Christine Angot, invitée de Laissez-vous tenter, partie 2
05:52
Christine Angot, invitée de Laissez-vous tenter partie 3
00:55
Yves Calvi & Capucine Trollion

Un amour impossible, de Christine Angot, a été sélectionné, jeudi 3 septembre, pour le prix Goncourt, qui sera remis en novembre prochain. "C'est une sélection pour l'instant, je suis très prudente et patiente", explique l'auteur.
Christine Angot a la particularité de ne laisser personne indifférent, avec ses livres qui séduisent autant qu'ils agacent. Son dernier roman, Un amour impossible, fait beaucoup parler et bouleverse par son thème majeur : l'inceste. Un livre rempli d'émotion, parce que le personnage principal n'est pas le père violeur, mais la mère de l'auteure, Rachel.  "Dans ce livre, on se rend compte que justement ce n'est pas le thème majeur. C'est la vie. Et dans la vie, il peut y avoir des accidents, des accidents graves", raconte Christine Angot.

Le livre s'ouvre sur la rencontre des parents de Christine, à Châteauroux à la fin des années 50. Rachel est issue d'un milieu modeste, employée à la Sécurité Sociale. Quant à Pierre, il est fils de bourgeois, cultivé, parlant plusieurs langues. "Quand il y a une telle différence sociale, on se dit c'est merveilleux, mais il y a déjà un sentiment d'infériorité dans l'histoire amoureuse", résume l'auteure. 

Une relation mère-fille fusionnelle

La mère et la petite Christine vivent ensemble et même si "un et deux, ça ne fait pas une famille", il y a beaucoup d'amour entre elles. C'est avec une grande simplicité et une grande force que Christine Angot décrit cette relation fusionnelle, comme lorsque Rachel console Christine parce qu'elle ne peut pas lui offrir de bijoux pour sa fête.

Lorsque son père commence à violer Christine, sa mère ne dit rien. Leur complicité n'existe plus : pendant des années, Christine Angot n'arrive plus à appeler Rachel "maman".

Le pardon

À lire aussi

L'auteure est née Christine Schwartz, du nom de sa mère, qui a été la seule à la reconnaître à sa naissance. Finalement, quand son père accepte de la reconnaître des années plus tard, Christine Schwartz prend le nom de son père et devient Christine Angot. Avec le temps, les rancoeurs et la culpabilité accumulées entre l'auteure et sa mère se sont estompées. L'oeuvre se termine d'ailleurs sur des retrouvailles apaisées entre les deux femmes, puisque Christine Angot réalise que sa mère était elle aussi victime de son père.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/