1. Accueil
  2. Culture
  3. Arts et spectacles
  4. Bernard Minier : "La littérature est quelque chose d'irremplaçable"
2 min de lecture

Bernard Minier : "La littérature est quelque chose d'irremplaçable"

INVITÉ - Il y a 6 ans Bernard Minier était un contrôleur des douanes françaises. Aujourd'hui en disponibilité, il est devenu un des auteurs français les plus lus et un des maîtres incontestés du suspense.

Bernard Minier a présenté son nouveau roman "Nuit"
Bernard Minier a présenté son nouveau roman "Nuit"
Crédit : Bruno Lévy
Bernard Minier : "La littérature est quelque chose d'irremplaçable"
25:41
Laissez-vous tenter du 23 février 2017
25:50
Laissez-vous tenter du 23 février 2017
02:52
L'exposition Chtchoukine à la Fondation Vuitton dépasse le million de visiteurs
03:13
Bernard Lehut

En moins de 6 ans et depuis la parution de son premier polar, Glacé, la vie de Bernard Minier a basculé. Officiellement, il est toujours contrôleur principal des douanes françaises, mais désormais en disponibilité pour se consacrer entièrement à l'écriture. Il est aujourd'hui l'un des auteurs français les plus lus et l'un des maîtres incontestés du suspense. Son cinquième roman, Nuit, paraît ce 23 février chez XO.

Nuit commence par une scène d'anthologie, une descente de la police norvégienne sur une plate-forme pétrolière en mer du Nord et en pleine tempête... Toujours cette faculté remarquable chez l'auteur de décrire des atmosphères puissantes, de planter des décors hors normes. Les policiers sont à la recherche de l'assassin d'une jeune technicienne de la base, mais l'homme a déjà pris la fuite en laissant derrière lui les photos d'un enfant et surtout de Martin Servaz, le héros de Glacé.

On découvre vite que l'assassin en cavale n'est autre que Julian Hirtmann, l'abominable tueur en série, le monstre psychopathe qu'affrontait Servaz dans Glacé. Et voilà le lecteur embarqué dans un nouveau et terrifiant duel entre les deux hommes. On précise tout de suite qu'on peut lire Nuit sans avoir lu ou vu Glacé

Un personnage principal malmené

Le commandant de police dans cette aventure n'est pas ménagé par son auteur : une grave blessure, une lourde opération, sa fille est menacée, il a l'IGPN a ses basques. "Servaz est un peu mon punching-ball. À travers le danger, on voit comment les personnages se révèlent et ce qui se cache derrière les masques. C'est toujours intéressant de les confronter à des épreuves épouvantables", explique Bernard Minier.

Le tueur en série a laissé derrière lui de mystérieuses photos d'un enfant, un petit garçon, Gustav, qui va prendre une place capitale dans le déroulement de votre intrigue.Ce qui permet d'aborder le thème de la paternité par Bernard Minier.

Une passion pour l'écriture depuis ses jeunes années

À lire aussi

"Dès que j'ai été en âge d'écrire, je l'ai fait. C'est avec le livre Robinson Crusoé que j'ai eu envie de raconter des histoires. C'est mon premier émoi littéraire lu par une maîtresse en classe de primaire", confie l'auteur.  Mais curieusement, le policier est venu plus tard : "J'ai commencé à lire des polars quand j'ai eu 30 ans". "La lecture est quelque chose d'irremplaçable",  poursuit-il avant d'expliquer qu'il  "est plus en plus en difficile de surprendre les lecteurs de polars. Il faut aussi se surprendre soi-même si on veut arriver à quelque chose".

La rédaction vous recommande

 

À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/