1. Accueil
  2. Culture
  3. Arts et spectacles
  4. Axelle Red, Guillaume Gallienne... dans "Laissez-vous tenter" de l'été
3 min de lecture

Axelle Red, Guillaume Gallienne... dans "Laissez-vous tenter" de l'été

Ce mercredi 19 juillet, "Laissez-vous tenter" revient sur les œuvres et les artistes qui feront vos vacances.

Anthony Martin
Anthony Martin
Axelle Red, Guillaume Gallienne... dans "Laissez-vous tenter" de l'été
15:17
Anthony Martin

Trois ans après son tube Sensualité, Axelle Red publie À tâtons. Sorti le 21 octobre 1996, il est vendu à plus de 650.000 exemplaires rien qu'en France. C'est véritablement l'album de la rencontre avec la France, alors qu'il a été enregistré aux États-Unis. "Depuis que j'étais petite, j'avais tout cet amour pour cette musique américaine et je voulais avoir ces influences dans ce que je faisais" confie la chanteuse belge au micro de RTL. Composé chez elle, ou dans le Sud de la France, elle est aussi allée à Nashville à deux reprises pour cet album, "musicalement, c'était le rêve".

"Mon ambition, c'était de faire quelque chose qui n'existe pas encore" avoue Axelle Red. L'un des titres phares de cet album, c'est Ma Prière : "J'avais cette mélodie sans accord parce que j'avais ce groove en tête. Comme je voyage avec l'UNICEF, ça cristallisait cette frustration de ne pas trouver la paix ni mes réponses nulles part."

Restez femme est un autre tube marquant de cet album : "Ma copine a vécu une histoire horrible en amour, ma sœur aussi, et je me suis inspirée de leurs histoires pour écrire le texte" avoue-t-elle avec malice, avant d'expliquer un autre de ses tubes : "À quoi ça sert c'est le revers de la médaille que l'on peut rencontrer lorsqu'on est artiste. Musicalement, c'était basé sur What's Going On de Marvin Gaye."

Axelle Red en concert en 2013 à Louvain-la-Neuve en Belgique.
Axelle Red en concert en 2013 à Louvain-la-Neuve en Belgique.
Crédit : AFP

À tâtons est un album qui a permis à la chanteuse à la fois d'aller au bout de ses ambitions musicales mais également de toucher son public : "Je suis très reconnaissante d'avoir pu aller aussi loin dans mon style et d'avoir pu montrer qui je suis. Cet album m'a vraiment donné ma place en France."

La lecture d'été inoubliable d'Olivier Bourdeaut

Olivier Bourdeaut, auteur de En attendant Bojangles, grand prix RTL 2016 se souvient de sa lecture de Bel Ami, écrit par Maupassant. Il y a quelques années, l'écrivain déniche un exemplaire de ce roman dans la maison où il passe ses vacances au bord de la mer. Alors qu'il arrive à la plage, une brume épaisse tombe, ne rendant rien visible à 5 mètres à la ronde. "J'ai passé deux heures à lire au milieu de cet aquarium de coton, et j'en garde un souvenir magnifique", raconte l'auteur. 

À lire aussi

"Le fait d'avoir relu Bel-Ami dans cette atmosphère dingue, le brouillard permet d'imaginer tout autour, et la littérature permet d'imaginer tout aussi, on se crée son propre décor. ça faisait deux sentiments imaginaires assez agréables", confie Olivier Bourdeaut.

Guillaume Gallienne rend hommage à "La Garçonnière"

On l'a vu l'automne dernier sous la barbe de Cézanne, on découvrira en novembre son deuxième film de metteur en scène, Maryline qui parle justement du destin compliqué d'une apprentie actrice. Mais c'est de La Garçonnière dont Guillaume Gallienne souhaite parler dans Laissez-vous tenter.

Film de 1960 signé Billy Wilder, il raconte l'histoire de Baxter, un employé de compagnie d'assurance new-yorkaise qui a la malchance de disposer d'un appartement que ses supérieurs utilisent pour recevoir leurs maîtresses, lui faisant miroiter en échange un éternel avancement. 

"La Garçonnière" de Billy Wilder
"La Garçonnière" de Billy Wilder
Crédit :

Un jour, le chef du personnel le convoque pour lui aussi profiter du fameux pied-à-terre. Il ignore cependant que celui-ci y emmène la femme dont Baxter est secrètement amoureux. "Je trouve assez rare les génies de cinéma qui arrivent à être sur ce fil entre le comique et le tragique", confie Guillaume Gallienne. "C'est ce qui poétise la vie finalement."

L'acteur français apprécie particulièrement la scène où Baxter ramène une conquête d'un soir dans son appartement, alors que la femme dont il est épris tente de se suicider chez lui. "Ce qui est génial c'est qu'il y a du drame dans la chambre et de la comédie dans le salon, et il passe son temps de passer de l'un à l'autre, ce qui crée quelque chose de sensationnel." Il y a dans La Garçonnière un jeu qui enchante Guillaume Gallienne : "C'était très joué, les lumières étaient très travaillées, c'était très fantaisiste".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/