1. Accueil
  2. Culture
  3. Arts et spectacles
  4. Attentats à Paris : le point sur les intox et comment les éviter
4 min de lecture

Attentats à Paris : le point sur les intox et comment les éviter

Depuis les attentats, de nombreuses fausses informations circulent sur internet et les réseaux sociaux. Le point sur les nombreux mensonges diffusés depuis vendredi 13 novembre.

Une prétendue "manifestation spontanée de soutien" des Allemands vendredi soir... qui n'en est pas une
Une prétendue "manifestation spontanée de soutien" des Allemands vendredi soir... qui n'en est pas une
Martin Cadoret
Martin Cadoret

Les réseaux sociaux permettent une diffusion rapide des informations, ils ont même joué un rôle essentiel lors des attentats en permettant à certaines victimes de se mettre hors de danger, ou en facilitant la recherche des disparus. Mais sur Twitter et Facebook, entre autres, beaucoup d'intox et de rumeurs circulent.

Pour éviter de céder à la panique générale, le mieux est de suivre les comptes Twitter officiels de la police et de la gendarmerie. Ensuite, aux sites douteux, non reconnus et aux signatures non apparentes, préférez les informations diffusées par des médias professionnels. Quant aux photos et aux vidéos, ayez conscience qu'elles ne sont pas des preuves en soi. Faites a minima un clic droit puis "rechercher sur Google" pour en retracer l'origine. En attendant, le point sur quelques mensonges qui tournent sur les réseaux sociaux.

1. La manifestation de soutien en Allemagne

Cette "manifestation spontanée de soutien" est en fait une manifestation anti-migrants du mouvement d'extrême droite Pegida, datée de décembre 2014 - voir cet article du Bild. Il est toutefois vrai que les Allemands se sont donné rendez-vous devant l'ambassade de France à Berlin pour respecter une minute de silence ce lundi 16 novembre.

Les Allemands rassemblés pour la France
Les Allemands rassemblés pour la France
Crédit : JOHN MACDOUGALL / AFP

2. La citroën Berlingo beige

Plusieurs internautes partagent la description d'une Twingo "Citroën Berlingo beige" avec une plaque espagnole. Un faux, assurément, car la police nationale n'a transmis aucun appel du genre. Par contre, les autorités ont diffusé un appel à témoin concernant Abdeslam Salah, l'un des cerveaux présumé des attentats. 

3. La bombe nucléaire de Daesh

À lire aussi

Vu plusieurs fois sur les réseaux sociaux, l'information selon laquelle Daesh lancerait une bombe nucléaire sur l'Occident. C'est évidemment faux : l'organisation ne possède pas l'arme nucléaire. Et même si elle souhaitait s'en doter, cela serait presque impossible, comme l'expliquait au Figaro Alain Rodier, un spécialiste du terrorisme. Il est toutefois vrai que l'organisation revendique préparer une attaque nucléaire. Elle l'a déclaré dans un magazine de propagande et un journaliste allemand l'a confirmé. Cela s'inscrit vraisemblablement dans une stratégie de communication pour semer la terreur.

4. Les cris de joie dans le 93 et à Gaza

De nombreux internautes ont partagé des rumeurs de "cris de joie" dans plusieurs banlieues. Difficile pour le journaliste d'être omniscient mais on remarque que les auteurs des tweets concernés sont souvent des militants d'extrême droite - la nouvelle est par exemple transmise par le site islamophobe Riposte Laïque. Aucune photo ni vidéo ne vient prouver ces dires. À l'inverse, un twittos affirme que, là où il habite dans le 93, il n'y a aucune scène de liesse. Marianne a retrouvé son auteur et explique que le soir des attaques, "il n'y avait pas un chat dehors". Quant aux "scènes de liesse" à Gaza relayées sur Twitter, elles sont en fait tirées d'une photo Reuters de 2012comme le fait remarquer Le Monde.

5. L'incendie de la Jungle de Calais déclenché par l'extrême-droite

Vendredi soir, dans une coïncidence tragique, la Jungle de Calais s'est embrasée. Comme beaucoup de migrants y séjournent, les accusations envers des militants d'extrême droite n'ont pas tardé à se multiplier. Beaucoup ont fait le lien avec les fusillades qui étaient à ce moment précis en cours à Paris : l'incendie en aurait été les représailles. Le sous-préfet a tenu a faire taire la rumeur et a précisé à La Voix du Nord que l'incendie "n'avait strictement rien à voir" avec les attentats. Aucun blessé n'est heureusement à déplorer.

6. Les 4 policiers tués au Bataclan

Cette intox est due à une mauvaise interprétation des propos du préfet de police, qui a annoncé par erreur la mort de 4 policiers lors de l'assaut, selon le journaliste de I-Télé Guillaume Auda. L'Élysée a ensuite clarifié les propos : non, aucun membre des forces de l'ordre n'est décédé. Un policier a, par contre, été blessé, de même qu'un commissaire en civil qui assistait au concert des Eagles of Death Metal. Par contre, un policier en civil est décédé après l'attaque rue de Charonne.

7. La carte des "risques de fusillade"

La prétendue carte des "risques d'attentats"
La prétendue carte des "risques d'attentats"
Crédit :

Cette prétendue carte du risque d'attentat a été beaucoup partagée ce weekend. Elle n'émane absolument pas d'une source officielle mais d'El-Manchar, un "site d'informations fausses et complètement saugrenues" basé en Algérie, dans l'esprit du célèbre Gorafi.

8. Fusillade à Metz, aux Halles, dimanche soir rue de la Fontaine au Roi...