1 min de lecture Info

VIDÉO - Prison : des repas halal ou casher ne sont pas contraires au principe de laïcité

Selon le Contrôleur général des lieux de privation de liberté, servir des repas différenciés, ce qui est déjà fait pour des raisons médicales, n'induit pas de coûts supplémentaires ni de difficulté de gestion.

Des prisonniers américains à la prison de San Luis Obispo, le 19 décembre 2013. (illustration)
Des prisonniers américains à la prison de San Luis Obispo, le 19 décembre 2013. (illustration) Crédit : ANDREW BURTON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Servir des repas "confessionnels", c'est-à-dire halal ou casher, en prison ne contreviendrait pas au principe de laïcité, a estimé mardi 11 mars le Contrôleur général des lieux de privation de liberté, Jean-Marie Delarue.

"Le principe de laïcité ne s'oppose nullement, tout au contraire, sauf discrimination fondée sur l'origine religieuse, à la confection ou à la distribution d'aliments 'confessionnels' dans les lieux privatifs de liberté", a écrit le Contrôleur dans son rapport annuel, publié mardi. Aujourd'hui, la plupart des établissements pénitentiaires proposent des repas sans porc, mais pas de repas intégrant des aliments respectant les rites confessionnels.

Pas de coûts supplémentaires

"Faut-il autoriser ou non ces viandes confessionnelles ? Oui, dès lors que rien (dans les) contraintes du service public ne s'y oppose", a déclaré Delarue lors d'une conférence de presse de présentation de son rapport annuel. "Ces viandes, pour nous, font partie de la manière dont une personne peut exercer ou non son culte", a fait valoir le Contrôleur, qui a cité des témoignages de détenus indiquant qu'ils "(crevaient) de faim parce qu'(ils ne pouvaient) pas se nourrir".

Delarue a souligné que des repas différenciés étaient déjà servis dans les établissements pénitentiaires, le plus souvent pour des raisons médicales. Servir des repas halal ou casher n'induirait pas de coûts supplémentaires et pas de difficulté de gestion, selon lui. Fin novembre 2013, le tribunal administratif de Grenoble a enjoint le centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier (Isère) de servir des repas halal à ses détenus musulmans au nom de la liberté d'exercer sa religion, une première. Le ministère de la Justice a indiqué qu'il ferait appel de ce jugement.

>
Jean-Marie Delarue, contrôleur général des prisons : "On ne peut pas échapper à la question de la surpopulation carcérale" Crédit Image : dailymotion | Crédit Média : RTL | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Info Islam Judaïsme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7770366995
VIDÉO - Prison : des repas halal ou casher ne sont pas contraires au principe de laïcité
VIDÉO - Prison : des repas halal ou casher ne sont pas contraires au principe de laïcité
Selon le Contrôleur général des lieux de privation de liberté, servir des repas différenciés, ce qui est déjà fait pour des raisons médicales, n'induit pas de coûts supplémentaires ni de difficulté de gestion.
https://www.rtl.fr/actu/video-prison-des-repas-halal-ou-casher-ne-sont-pas-contraires-au-principe-de-laicite-7770366995
2014-03-11 22:09:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/gTH9AtIS_wv9ExrD6aHcEg/330v220-2/online/image/2014/0311/7770367047_des-prisonniers-americains-a-la-prison-de-san-luis-obispo-le-19-decembre-2013-illustration.jpg