1 min de lecture Environnement

VIDEO : Il y a vingt ans, Vaison-la-Romaine était ravagée par les inondations

Le 22 septembre 1992, la ville de Vaison-la-Romaine était dévastée par des inondations d'une extrême violence. En quelques heures, l'Ouvèze, petite rivière tranquille, s'était gorgée d'eau et avait tout détruit sur son passage, tuant 37 personnes, faisant 4 disparus et des milliers de sinistrés.

"C'était une mer"

"L'eau est montée jusqu'au plafond, elle nous a suivis jusqu'en haut de l'escalier. C'était une mer": Marguerite Portailler se souvient avec émotion de ce 22 septembre 1992 où elle revenait du marché quand l'Ouvèze a submergé Vaison-la-Romaine (Vaucluse). Ce jour-là, 63 communes du nord du département étaient dévastées par des pluies diluviennes.
  
"Beaucoup de gens étaient au travail et les enfants à l'école. Cela se serait passé la nuit, tout le monde se noyait", poursuit l'octogénaire, qui s'était réfugiée au premier étage de sa maison avec son mari Marcel, dans l'attente des secours. Dans le drame, le couple dit avoir perdu 15 connaissances, dont la fille d'une voisine échappée des mains de sa mère montée sur le toit. "Au bout du jardin, les pompiers avaient déposé cinq à six corps, c'était atroce. On n'a pas perdu la tête, mais cette petite, je l'ai rêvée pendant six mois."
  
Dans la petite ville touristique de Vaison (6.700 habitants, le double en été), qui a payé un lourd tribut à la catastrophe, rares sont les traces aujourd'hui de ces inondations historiques : une stèle et quelques mots gravés sur le pont romain invitant à "se souvenir".
  
Les lotissements, le centre commercial et le camping dévastés ont été rasés pour laisser la place à des espaces verts, des berges réaménagées et des murs de protection érigés.
  
Le difficile travail de souvenir

"Le drame est tellement lourd que, pendant 20 ans, il y a eu une volonté de le célébrer dans la discrétion", avec un simple dépôt de gerbe, souligne le journaliste Daniel Morin, président de l'association Mémoire, qui a réalisé un film anniversaire, "De l'eau, de la mémoire et des larmes", réunissant témoignages, images et photos d'archives. "Certains ont tourné la page, mais pour d'autres, le curseur s'est arrêté le 22 septembre 1992", relève-t-il. Sur place, les associations créées après le drame restent muettes et peu de victimes acceptent de s'exprimer.

D'autres ont une lecture plus distanciée de l'événement, comme Robert Gaillard qui a eu le réflexe de prendre sa caméra pour filmer la crue depuis la haute ville, et immortaliser voitures et caravanes emportées par les flots. Il vendra sa vidéo amateur à une chaîne publique pour "50.000 francs", une somme aussitôt reversée aux sinistrés (voir vidéo ci-dessous).


Lire la suite
Environnement Catastrophe naturelle Archives RTL
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants