1 min de lecture Faits divers

Un homme tente d'empêcher un avion de décoller à l'aéroport de Roissy

Le militant écologiste Pierre-Emmanuel Neurohr, ancien salarié de Greenpeace, a tenté d'empêcher un avion de décoller mercredi, à l'aéroport parisien de Roissy. Il s'est allongé sur le tarmac, les bras écartés. Il risque jusqu'à cinq ans de prison ferme.

Des passagers en transit à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle en banlieue parisienne
Des passagers en transit à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle en banlieue parisienne Crédit : AFP/Archives, Fred Dufour
Cindy Hubert Journaliste RTL

Ancien salarié de Greenpeace

Un écologiste, déjà condamné à deux reprises en juillet à 3 mois de prison avec sursis puis à une amende pour entrave à la navigation aérienne, a été interpellé lundi après avoir tenté d'empêcher un avion de décoller de Roissy, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

Il doit être jugé en comparution immédiate mardi à 13h00 devant la 17ème chambre du tribunal de grande instance de Bobigny, a-t-on indiqué de source judiciaire.

Dénonçant "la destruction du climat" par la navigation aérienne, Pierre-Emmanuel Neurohr, 44 ans, a été interpellé lundi vers 10H00 par des agents de piste alors qu'il tentait d'empêcher un Airbus A319 d'Air France de décoller, a indiqué une source aéroportuaire.

Cet ancien salarié de Greenpeace actuellement au chômage, qui dénonce "la destruction du climat" par la navigation aérienne, en est à sa quatrième tentative en trois mois. Il risque une peine de prison ferme.

Déjà deux condamnations

Après une première condamnation début juillet pour des faits similaires commis le 6 juin, M. Neurohr a été condamné le 19 juillet à 90 jours-amende à 12 euros, devant payer la totalité de la somme (1.080 euros) sous peine d'effectuer 90 jours de détention.

Il a également été condamné à payer 1.092 euros au titre de préjudice matériel à Aéroports de Paris, qui s'était constitué partie civile.

Le 6 juin, il avait découpé la clôture de l'aéroport afin d'accéder aux pistes, puis s'était placé devant un Airbus A320 pour l'empêcher de décoller.

Le 8 juin, il avait enfreint le contrôle judiciaire qui lui interdisait de se rendre à Roissy et bloqué un nouvel avion avant d'être à nouveau interpellé.

"Ca fait 25 ans que je travaille dans des associations de protection de l'environnement, ça fait 25 ans que je vois les choses se dégrader. Je pense qu'il faut agir"
, avait-t-il justifié lors de la dernière comparution immédiate.

Lire la suite
Faits divers Procès Aéroport
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants