1 min de lecture Faits divers

Un ex-préfet poursuivi pour usage abusif du "pin-pon"

On ne peut pas faire n'importe quoi sous prétexte qu'on est préfet, en particulier abuser du gyrophare ou griller un feu. C'est du moins ce que pense le procureur de la République de Nice qui traine en justice un haut fonctionnaire. Eric de Montgolfier a décidé de poursuivre en correctionnelle Hubert Weigel, ex-préfet délégué au sommet du G20 organisé en novembre 2011 à Cannes, pour son implication dans un accident de la circulation sans gravité, alors qu'il roulait avec son gyrophare.

micro générique
La rédaction de RTL et Pierre Thébault

Le dernier coup d'éclat du procureur Eric de Montgolfier

Le procureur de la République à Nice a décidé de poursuivre en correctionnelle Hubert Weigel, ex-préfet délégué au sommet du G20 organisé en novembre 2011 à Cannes, pour son implication dans un accident de la circulation sans gravité.

"J'ai eu un accident de la circulation le 13 septembre dernier alors que j'étais en préparation du G20. Fort heureusement un accident peu grave. Je traversais un carrefour avec gyrophare et sirène deux-tons et un cyclomotoriste est entré en collision avec ma voiture que je conduisais moi-même", a expliqué M. Weigel. "Je me rendais en urgence d'une réunion qui se finissait à Nice à une autre réunion qui se tenait à Cannes", a-t-il argué.

"J'ai veillé personnellement à ce que (le cyclomotoriste) aille à l'hôpital, parce qu'au début personne ne le voulait, y compris la victime. Il a eu les soins qui convenaient et un seul jour d'ITT et n'a pas déposé plainte" au moment des faits, a-t-il souligné.

Le haut fonctionnaire a précisé qu'il était encore à l'époque "directeur central des Compagnies républicaines de sécurité, mais chargé de mission auprès du préfet des Alpes-maritimes pour préparer le G20".

"Face à la justice, je suis un citoyen comme tout le monde. Si le procureur de la République a considéré qu'il devait saisir le tribunal correctionnel, il fait son travail et les magistrats du siège, dans la sérénité qui convient, jugeront les faits", a-t-il commenté.

De son côté, le procureur à Nice a estimé "que se rendre à une réunion ne justifie pas l'urgence", rapporte Métro, précisant que le préfet a grillé un feu rouge.

Le haut magistrat a déjà poursuivi deux policiers pour des faits similaires survenus à Nice ces dernières années. L'un a cependant été relaxé en première instance et le procureur a fait appel, l'autre a été définitivement blanchi en appel.

Lire la suite
Faits divers Justice Sécurité routière
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants