1 min de lecture Économie

Trois atterrissages d'urgence pour des avions de Ryanair... faute de kérosène

"Low cost" oui, mais jusqu'à quel point ? Les autorités aériennes espagnoles ont ouvert une enquête sur la compagnie irlandaise à bas coût Ryanair après que cette dernière eut demandé en juillet à faire atterrir en urgence trois de ses avions faute de kérosène.

micro générique
La rédaction numérique de RTL
et Christophe Ponzio

A l'aéroport de Valence

Les faits se sont produits "le 26 juillet à Valence où trois avions de la compagnie Ryanair se sont déclarés en danger faute de carburant", a précisé une source du ministère du Développement. En raison du mauvais temps à l'aéroport de Madrid, les appareils avaient été déroutés sur Valence où ils ont dû attendre l'autorisation d'atterrir.

Les pilotes de Ryanair ont averti qu'ils avaient peu de carburant
et ont réussi ainsi à bénéficier d'une priorité d'atterrissage. "Il n'y a pas eu d'atterrissages d'urgence, il s'agissait d'atterrissages normaux", a déclaré un porte-parole de la compagnie à Madrid.  "S'ils ont demandé à passer en priorité c'est parce qu'ils étaient un peu juste au point de vue carburant même s'il leur en restait pour plus de 30 minutes dans chaque avion", a-t-il fait valoir.

"Tous les vols de Ryanair opèrent avec les niveaux de kérosène requis"


Ryanair a affirmé qu'avant de demander "à atterrir immédiatement" ses appareils avaient survolé Valence pendant "50, 68 et 69 minutes respectivement". "Tous les vols de Ryanair opèrent avec les niveaux de kérosène requis", a-t-elle assuré. "Cela comprend le carburant nécessaire pour rouler sur la piste, le vol, les déroutages et le combustible en cas d'imprévu", a précisé la compagnie.

Selon la presse, les règles budgétaires de la compagnie irlandaise stipulent la quantité de carburant que doivent charger les avions et obligent les pilotes à procéder à un ravitaillement minimum et à justifier par écrit tout excédent. L'association de consommateurs CEACCU a présenté mardi une plainte contre Ryanair devant la direction générale de l'aviation civile, estimant que la politique de Ryanair en matière de carburant provoque "une situation de risque grave pour la sécurité des passagers".

L'association demande que la compagnie soit frappée d'une amende de 4,5 millions d'euros et que son permis d'exploitation soit suspendu pendant trois ans.

Lire la suite
Économie Aéronautique Low-cost
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants