2 min de lecture Famille

Trêve hivernale : "Si je suis expulsée maintenant, je ne sais pas où aller" se désole une locataire

TÉMOIGNAGE - La trêve hivernale débute ce jeudi soir et devrait offrir aux ménages menacés d'expulsion un peu de répit. Mais Nadine, locataire à Paris, reste angoissée par sa situation.

Les expulsions sont interdites entre le 1er novembre 2012 et le 15 mars 2013
Les expulsions sont interdites entre le 1er novembre 2012 et le 15 mars 2013 Crédit : AFP
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et Thomas Prouteau

Une parenthèse s'ouvre ce soir pour les familles menacées d'expulsion : en effet, la trêve hivernale va leur permettre de rester dans leurs logements pendant quelques mois, jusqu'au 31 mars.

De plus en plus de ménages sont condamnées à être expulsées pour cause d'impayés : 115.000 familles l'année dernière, soit près de 40% de plus qu'il y a 10 ans. Pour les propriétaires, les expulsions représentent des mois de procédures administratives pour récupérer leurs logements et pour les locataires, la crainte permanente de recevoir la visite des huissiers.

RTL a rencontré Nadine, qui vit dans le 20e arrondissement de Paris. Ce soir, elle sera peut-être sauvée provisoirement, mais en attendant, la locataire menacée d'expulsion garde toujours la boule au ventre.

Cette valise, je l'ai achetée il y a 3 semaines, pour être prête à partir...

Nadine
Partager la citation

"Depuis le mois de mars, je ne peux plus rien payer"

À lire aussi
Le journal RTL de 18h du 29 juillet 2019 psychologue
Noyé dans les tire-bouchons

"Tous les jours, je regarde la boîte aux lettres pour voir si je n'ai pas ce commandement de quitter les lieux avant fin octobre. Cette valise, je l'ai achetée il y a 3 semaines, pour être prête à partir", explique Nadine.

"C'est horrible. Je ne suis jamais tombée aussi bas. Je ne dors plus. Si je dois être expulsée maintenant, je ne sais pas où aller. Vraiment", poursuit-elle.

5 mois, ça va me permettre de souffler... mais je n'ai pas les moyens de me prendre un petit studio

Nadine
Partager la citation

Quand on lui demande si Nadine pense pouvoir s'en sortir après la trêve hivernale, la locataire menacée d'expulsion se montre sans espoir : "Je ne pense pas. J'ai déposé des dossiers à droite à gauche : ça m'étonnerait qu'en 5 mois, je me retrouve un logement. 5 mois, ça va me permettre de souffler... mais je n'ai pas les moyens de me prendre un petit studio".

La locataire explique alors que le remboursement de ses dettes prend du temps : "Je me suis mise à jour au mois de mars : j'ai réglé près de 6.000 euros d'un seul coup pour éviter mon expulsion. Mais depuis le mois de mars, je ne peux plus rien payer. Voilà où j'en suis..."

>
Nadine compte sur la trêve hivernale pour "souffler" mais a peu d'espoir de retrouver un logement en avril, quand la trêve hivernale sera finie Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Famille Droit au logement Expulsions
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7766269280
Trêve hivernale : "Si je suis expulsée maintenant, je ne sais pas où aller" se désole une locataire
Trêve hivernale : "Si je suis expulsée maintenant, je ne sais pas où aller" se désole une locataire
TÉMOIGNAGE - La trêve hivernale débute ce jeudi soir et devrait offrir aux ménages menacés d'expulsion un peu de répit. Mais Nadine, locataire à Paris, reste angoissée par sa situation.
https://www.rtl.fr/actu/treve-hivernale-si-je-suis-expulsee-maintenant-je-ne-sais-pas-ou-aller-se-desole-une-locataire-7766269280
2013-10-31 13:32:48
https://cdn-media.rtl.fr/cache/4EyKQQtYTI4ppO6azGKHWg/330v220-2/online/image/2013/1031/7766269881_les-expulsions-sont-interdites-entre-le-1er-novembre-2012-et-le-15-mars-2013.jpg