1 min de lecture Industrie

Toujours aucun repreneur pour ArcelorMittal à Florange

C'est peut être la fin d'un long feuilleton. L'échéance est proche mais il n'y a toujours aucun repreneur pour ArcelorMittal à Florange. Et le temps presse : les offres de reprise doivent être déposées avant le 30 novembre. Lundi matin, les syndicats sont ressortis abattus du Comité Central d'Entreprise. Pour l'instant, personne n'est intéressé par le site Mosellan.

Des travailleurs d'ArcelorMittal à Florange le 9 avril 2009
Des travailleurs d'ArcelorMittal à Florange le 9 avril 2009 Crédit : AFP / Archives, Jean-Christophe Verhaegen
micro générique
La rédaction de RTL Journalistes RTL

Le géant sidérurgique ArcelorMittal a évoqué lundi une "situation encore plus morose en 2013 qu'en 2012" pour une partie de ses activités en Europe, sans apporter d'informations sur d'éventuels repreneurs pour les hauts fourneaux de Florange (Moselle) à 11 jours de la clôture des offres, laissant les syndicats doublement inquiets.

Lors d'un comité central d'entreprise (CCE) extraordinaire à Paris, portant sur la situation économique et industrielle de la zone "Atlantique et Lorraine", la direction a dépeint "un tableau assez sombre", selon Jean-Marc Vécrin (CFDT).

Elle a indiqué que "la situation serait encore plus morose en 2013 qu'en 2012" dans la "BD Nord", zone qui inclut le nord de la France, Allemagne et la Belgique, comprenant 11 hauts fourneaux, dont cinq actuellement à l'arrêt (2 à Florange, 2 à Liège en Belgique, 1 à Dunkerque), selon François Pagano (CFE-CGC).

Au troisième trimestre, le leader mondial de la sidérurgie s'est enfoncé dans le rouge, enregistrant une perte nette de 709 millions de dollars. "On s'inquiète vraiment pour toute la sidérurgie, pas seulement pour Florange", a commenté M. Vécrin.
    
Début octobre, ArcelorMittal a confirmé la fermeture définitive des deux hauts-fourneaux de Florange, à l'arrêt depuis quatorze mois. Cette décision concerne directement 629 personnes.

Le groupe avait dit avoir "accepté la demande du gouvernement français" pour la recherche d'un repreneur pour les hauts-fourneaux dans les soixante jours.

Lire la suite
Industrie Économie Social
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants