4 min de lecture Tireur fou de Paris

Tireur à Paris : Abdelhakim Dekhar est bien le tireur présumé de "Libération"

L'ADN d'Abdelhakim Dekhar, condamné à 4 ans de prison en 1998 et placé en garde à vue mercredi soir, correspond à celui du tireur de "Libération".

Le tireur soupçonné d'avoir grièvement blessé un photographe du journal Libération et d'avoir tiré sur une banque à Paris.
Le tireur soupçonné d'avoir grièvement blessé un photographe du journal Libération et d'avoir tiré sur une banque à Paris. Crédit : AFP
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et AFP

C'est la fin d'une traque de trois jours : l'ADN d'Abdelhakim Dekhar, placé en garde à vue mercredi en début de soirée, correspond bel et bien à celui du tireur présumé de Libération. Surnommé "Toumi", il avait été condamné à quatre ans de prison en 1998 pour association de malfaiteurs, pour son implication dans l'affaire Rey-Maupin.

"Tous les faits démontrent son implication" dans les tirs à Libération et à la Société Générale et les menaces à BFMTV, a déclaré le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, tôt jeudi matin.

À gauche, l'image du tireur présumé, à droite Abdelhakim Dekhar dans les années 1990.
À gauche, l'image du tireur présumé, à droite Abdelhakim Dekhar dans les années 1990. Crédit : @MonsieurPierre

Il avait été reconnu coupable d'avoir acheté le fusil qui avait servi à une équipée sanglante, menée par un jeune couple et qui avait fait cinq morts, dont trois policiers, le 4 octobre 1994 à Paris.

À lire aussi
Capture d'une vidéosurveillance, le 20 novembre 2013 d'Abdelhakim Dekhar, à Paris. crime
L'affaire du tireur fou de Paris

Son interpellation ce mercredi a été rendue possible par le témoignage d'un homme qui l'aurait hébergé. "Il lui aurait confié, en évoquant l'affaire du tireur, "J'ai fait une connerie"", a expliqué une source proche du dossier.

La rédaction vous recommande

01h45 : "Tous les faits démontrent l'implication d'Abdelhakim Dekhar", dit Valls

"Tous les faits démontrent l'implication d'Abdelhakim Dekhar", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, lors d'une conférence de presse au 36 Quai des Orfèvres, peu avant deux heures du matin. 

Le locataire de la place Beauvau a rendu un hommage appuyé au "travail formidable de la police", expliquant qu'il était "fier" d'être ministre de l'Intérieur. "Je suis fier du travail remarquable de la police judiciaire, il faut saluer cet engagement", a-t-il dit.

Abdelhakim Dekhar était "probablement parti à l'étranger" depuis plusieurs années et "n'était pas sur les fichiers" de police et de justice, a encore indiqué le ministre.

00h50 : l'ADN prélevé sur Abdelhakim Dekhar correspond à celui du tireur de "Libération"

L'ADN d'Abdelhakim Dekhar, prélevé par les enquêteurs lors de sa garde à vue médicale, correspond à celui du tireur de Libération.

23h55 : des vêtements correspondant à ceux portés par le suspect retrouvés dans une chambre d'hôtel

Abdelhakim Dekhar "est âgé de 48 ans et est SDF", affirme  FranceTvInfo. "La police a retrouvé dans la chambre d'hôtel [du suspect] des vêtements correspondant à ceux portés lundi par le tireur de Paris", assure par ailleurs MyTF1News.

Abdelhakim Dekhar dans un numéro de "Faites entrer l'accusé" consacré à l'affaire Rey-Maupin
Abdelhakim Dekhar dans un numéro de "Faites entrer l'accusé" consacré à l'affaire Rey-Maupin Crédit : Capture d'écran "Faites entrer l'accusé"
La rédaction vous recommande

23h05 : le gardé à vue avait déjà été condamné à de la prison dans les années 90

L'homme placé en garde à vue ce mercredi soir avait déjà été condamné en 1998 dans le cadre de l'affaire Rey-Maupin, affirment des sources proches de l'enquête. Il s'agit d'Abdelhakim Dekhar, condamné à quatre ans de prison pour association de malfaiteurs pour son implication dans cette affaire, surnommée "la tuerie de la Nation".

La carte d'identité d'Abdelhakim Dekhar
La carte d'identité d'Abdelhakim Dekhar Crédit : Capture d'écran "Faites entrer l'accusé"

Cela confirme une information révélée par BFMTV. Abdelhakim Dekhar, surnommé "Toumi", avait fournil le fusil qui avait permis au couple Rey-Maupin de tuer un chauffeur de taxi et trois policiers en 1994.

21h40 : un témoignage a permis l'interpellation

L'interpellation d'un suspect mercredi soir et sa mise en garde à vue est consécutive à un témoignage recueilli au commissariat de Courbevoie (Hauts-de-Seine). Un homme qui aurait hébergé le suspect se serait présenté auprès des autorités. "Il lui aurait confié, en évoquant l'affaire du tireur, "j'ai fait une connerie"", a expliqué une source proche du dossier. 

20h50 : l'ADN du suspect en garde à vue en cours d'analyse

L'ADN de l'homme placé un peu plus tôt en garde à vue a été prélevé et est actuellement en cours d'analyse, a précisé un proche de l'enquête à l'AFP. Les résultats sont attendus dans la nuit de mercredi à jeudi, aux alentours de 1h ou 2h du matin

Les enquêteurs pourront obtenir en moins de quatre heures la confirmation qu'il s'agit ou non du tireur. "L'ADN va être utilisé comme une machine à incriminer ou à innocenter", expliquait ce mercredi, à l'AFP, François-Bernard Huyghe, auteur d'un Que Sais-je intitulé ADN et enquêtes criminelles.

20h15 : un homme placé en garde à vue

Un homme a été placé en garde à vue mercredi soir dans l'enquête sur le tireur soupçonné d'être à l'origine des attaques de BFMTV, de Libération et de la Défense, a annoncé le parquet de Paris.

Présentant une "forte ressemblance physique" avec la personne recherchée, dont des images issues de la vidéosurveillance ont été diffusées, il a été repéré vers 19 heures dans un véhicule stationné dans un parking souterrain de Bois-Colombes (Hauts-de-Seine).

Cette interpellation est consécutive à un témoignage, recueilli au commissariat de Courbevoie. L'homme interpellé n'est toutefois pas pour l'heure en mesure d'être entendu et la notification de ses droits a dû être différée. Selon plusieurs sources proches de l'enquête, le suspect interpellé se trouvait dans un état de "semi-inconscience, sans doute suite à la prise de médicaments qui peut laisser penser à une tentative de suicide".

11h00 : le tireur toujours pas identifié

L'ADN n'a pas encore parlé. Certes, les analyses réalisées depuis lundi confirment la piste d'un unique homme, auteur à la fois des coups de feu à Libération et à la Société générale, mais elles n'ont pas permis d'identifier formellement un individu.

"Il n'y a pas eu d'identification à ce stade du tireur via le fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG)", a assuré ce mercredi le procureur de Nanterre Robert Gelli.

10h10 : NKM veut plus de caméras à Paris

Nathalie Kosciusko-Morizet espère que la traque du tireur présumé "fera réfléchir" ceux qui rechignent à la vidéosurveillance, comme, d'après elle, la majorité socialiste dans la capitale.

Invitée d'Europe 1, la candidate UMP à la mairie a dénonce un "plan a minima" dans la ville, avec seulement "1.000 caméras en tout". "Quand on sort du métro", il y a "des zones d'ombre, non couvertes" par ce maillage, explique-t-elle.

9h50 : la piste d'un tireur unique se confirme

"L'ADN mis en évidence sur les douilles libérées à Libération et à la Société générale, ainsi que sur la portière passager du véhicule de l'otage, est le même", assure ce mercredi matin le procureur de Nanterre Robert Gelli. "L'hypothèse d'un auteur unique est donc confirmée."

Le procureur de Nanterre se dessaisit du volet de l'affaire sous sa compétence au profit du parquet de Paris.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Tireur fou de Paris Faits divers Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7767037710
Tireur à Paris : Abdelhakim Dekhar est bien le tireur présumé de "Libération"
Tireur à Paris : Abdelhakim Dekhar est bien le tireur présumé de "Libération"
L'ADN d'Abdelhakim Dekhar, condamné à 4 ans de prison en 1998 et placé en garde à vue mercredi soir, correspond à celui du tireur de "Libération".
https://www.rtl.fr/actu/tireur-a-paris-l-adn-confirme-l-hypothese-d-un-auteur-unique-7767037710
2013-11-20 09:50:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/FBXGU4ta0Zqr3N9l5s2Mvg/330v220-2/online/image/2013/1119/7767000212_le-tireur-fou-soupconne-d-avoir-grievement-blesse-un-photographe-du-journal-liberation-et-d-avoir-tire-sur-une-banque-a-paris.jpg