1 min de lecture Otages français

Témoignage du grand-père d'un otage d'Aqmi

René Robert, grand-père maternel de Pierre Legrand, un des quatre otages français aux mains d'Aqmi, a déclaré que son "inquiétude était "renforcée" après l'annonce de la mort au Mali de l'Algérien Abdelhamid Abou Zeid, l'un des principaux chefs d'Aqmi, information toujours non confirmée par Paris.

studio-rtl
La rédaction numérique de RTL

"Inquiétude renforcée"
"Notre inquiétude est renforcée, mais on est inquiets depuis qu'une action militaire est engagée", a déclaré M. Robert, pour qui "l'action militaire met en danger les otages, clairement".

La mort d'Abou Zeid dans des combats au Mali, annoncée vendredi par le président tchadien Idriss Déby, n'ayant pas été confirmée à Paris, "on est obligés d'attendre, avoir une validation de cette information. Il y a autant de chances qu'elle soit confirmée qu'infirmée", a estimé M. Robert.
  
"Si la mort était confirmée, on n'échafaude pas d'hypothèses", a dit M. Robert, les otages pouvant être "concernés par la mort" ou non, "si les otages sont retenus loin du terrain d'action", a dit M. Robert.
  
Malgré l'inquiétude, "on garde confiance, on est dans une position positive", a souligné M. Robert.
  
"Établir un dialogue"
Poursuivant sur les actions militaires en cours au Mali, M. Robert a fait part de sa "conviction" que "les actions militaires n'en finiront pas avec le terrorisme". "Même si on en termine avec quelques djihadistes, d'autres reviendront et ça redémarrera".
  
Pour le grand-père de Pierre Legrand, "il est temps qu'on laisse la possibilité d'établir un dialogue entre les populations locales, c'est le seul moyen de rétablir l'ordre dans le nord-Mali et le Mali tout entier".
  
"Il n'y aura pas de sécurité possible ou de stabilité sans un dialogue entre ces populations. Il faut que le gouvernement français encourage ce dialogue", a-t-il dit.
"Notre conviction est qu'(il faut) qu'aujourd'hui l'Etat prenne conscience du risque qu'il fait courir aux otages qui sont des personnes innocentes". "On s'en reporte à ce qu'a dit le président (de la République François Hollande): +nous mettrons tout en oeuvre+ pour la libération des otages", a conclu M. Robert.
  
Pierre Legrand, Thierry Dol, Daniel Larribe et Marc Féret ont été enlevés le 16 septembre 2010 par Al-Qaïda au Maghreb islamique dans le nord du Niger, à Arlit, un site d'extraction d'uranium.

Photomontage des 4 otages français enlevés au Niger, de gauche à droite et de haut en bas: Daniel Larribe, Marc Feret, Thierry Dol et Pierre Legrand.
  
Samedi après-midi, environ 70 personnes se sont rassemblées à Nantes en soutien aux otages, a constaté un photographe. Quatre bougies portant les noms des quatre otages avaient été disposées sur le lieu du rassemblement. Une banderole avec les photos et les noms des quatre hommes, avec la mention : "nous ne les oublions pas" a aussi été déployée.

Les otages français dans le Monde dossier

Lire la suite
Otages français International Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7759028702
Témoignage du grand-père d'un otage d'Aqmi
Témoignage du grand-père d'un otage d'Aqmi
René Robert, grand-père maternel de Pierre Legrand, un des quatre otages français aux mains d'Aqmi, a déclaré que son "inquiétude était "renforcée" après l'annonce de la mort au Mali de l'Algérien Abdelhamid Abou Zeid, l'un des principaux chefs d'Aqmi, information toujours non confirmée par Paris.
https://www.rtl.fr/actu/temoignage-du-grand-pere-d-un-otage-d-aqmi-7759028702
2013-03-02 18:39:00