1 min de lecture Bachar al-Assad

Syrie : le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, accuse Bachar al-Assad de "nombreux crimes contre l'humanité"

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon a expliqué que le rapport des experts de l'ONU va conclure "de manière accablante à l'utilisation d'armes chimiques" en Syrie

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon à New-York en septembre 2013.
Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon à New-York en septembre 2013. Crédit : AFP / SPENCER PLATT
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le rapport des experts de l'ONU va conclure "de manière accablante à l'utilisation d'armes chimiques" en Syrie, a déclaré ce vendredi 13 septembre, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon. Sans attribuer directement la responsabilité de cette utilisation au président syrien, il a accusé Bachar al-Assad d'avoir "commis de nombreux crimes contre l'humanité".

Le rapport des experts de l'ONU qui ont enquêté sur place sur les accusations de massacre à l'arme chimique le 21 août près de Damas est attendu lundi, selon des diplomates. Leur mandat ne prévoit pas qu'ils désignent les responsables de l'utilisation de ces armes. M. Ban a prévu de présenter ce rapport au Conseil de sécurité lundi en fin de matinée.

L'adhésion à la Convention d'interdiction des armes chimiques insuffisante pour Paris

Le secrétaire général de l'ONU, qui s'adressait à des journalistes, a cependant précisé qu'il n'avait pas encore reçu le rapport en tant que tel. "Je pense que le rapport va conclure de manière accablante que des armes chimiques ont été utilisées, même si je ne peux pas le dire publiquement pour l'instant avant de recevoir ce rapport", a-t-il déclaré.

Les dates-clés du conflit syrien
Les dates-clés du conflit syrien

Par ailleurs, la France a estimé dans la foulée que l'adhésion annoncée par Damas à la Convention d'interdiction des armes chimiques était "insuffisante" et a insisté sur la nécessité d'un texte "contraignant" au Conseil de sécurité de l'ONU.
"Les annonces du régime syrien, c'est certainement très utile mais très certainement insuffisant", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Philippe Lalliot, qualifiant par ailleurs de "posture et d'"imposture" les exigences formulées par Damas en retour de son adhésion à la Convention.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bachar al-Assad Ban Ki-Moon ONU
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants