1 min de lecture Viande de cheval

Spanghero : "La magouille vient d'ailleurs" affirme le patron

"Nous ne laisserons tomber personne". C'est le message de Guillaume Garot, le ministre de l'Agroalimentaire qui a répondu aux 300 salariés de Spanghero, dont l'usine de Castelnaudary est à l'arrêt. L'entreprise est au cœur du scandale de la viande de cheval ; le gouvernement l'accuse de tromperie et lui a retiré son agrément. Le patron Barthélemy Aguerre se défend : "La magouille vient d'ailleurs", a-t-il affirmé. Par ailleurs le scandale se propage en Europe, une quinzaine de pays sont désormais touchés.

micro générique
La rédaction de RTL Journalistes RTL

Le scandale de la viande de cheval prend un tour social en France
Le scandale de la viande de cheval a pris vendredi un tour social en France où les 300 salariés de l'entreprise Spanghero, forcée à l'arrêt, accusent le gouvernement de les mettre au chômage. Dans le même temps, le scandale a continué à faire tache d'huile en Europe où de nouveaux pays, l'Autriche et la Norvège, ont découvert des traces de viande de cheval dans des produits prétendument préparés avec du boeuf. L'Union européenne a approuvé vendredi une campagne de tests ADN pour vérifier que des plats à base de boeuf ne contiennent pas de cheval.

Chez Spanghero dans l'Aude, le personnel est partagé entre incrédulité et colère. Incrédulité devant les accusations gouvernementales faisant de l'entreprise de Castelnaudary la principale responsable du scandale. Selon le ministre délégué à la Consommation Benoît Hamon, Spanghero savait qu'elle revendait de la viande de cheval pour de la viande de boeuf, par exemple à Comigel qui a fabriqué pour Findus les lasagnes qui ont révélé le scandale; Spanghero a sciemment trompé ses clients selon l'enquête menée par la répression des fraudes, et sera poursuivie, a-t-il dit.

Et colère contre le gouvernement et la radicalité des mesures prises contre une société qui ne serait qu'un "bouc émissaire". En retirant à Spanghero l'agrément sanitaire lui permettant de traiter de la viande, le gouvernement "condamne à mort 300 personnes et leurs familles, sans compter tous nos partenaires", a dit devant l'entreprise Christophe Giry, cadre commercial au nom du personnel réuni en comité d'entreprise extraordinaire.

Les politiques s'en sont mêlés, confirmant la nécessité pour les autorités d'envisager les implications sociales de l'affaire. Le maire socialiste de Castelnaudary, Patrick Maugard, a demandé la levée le plus vite possible des mesures frappant Spanghero en invoquant "l'électrochoc" infligé à la ville et au bassin d'emploi. Spanghero est un poids lourd de l'activité économique dans un département qui accusait fin 2012 un taux de chômage de 13,5% (9,9% en moyenne nationale).

Lire la suite
Viande de cheval Info Infographie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants