1 min de lecture Sondage

Sondages de l'Elysée : Patrick Buisson porte plainte contre Christiane Taubira

Patrick Buisson, visé indirectement dans l'affaire des sondages commandés par l'Elysée sous la présidence de Nicolas Sarkozy, va porter plainte contre la ministre de la Justice. Christiane Taubira serait toujours membre d'une association à l'origine d'une procédure contre l'attribution très lucrative de sondages à la société Buisson.

L'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson
L'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson Crédit : AFP / Miguel Medina
micro générique
La rédaction de RTL Journalistes RTL

Plainte pour "prise illégale d'intérêt"

L'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy a annoncé mardi qu'il allait déposer une plainte devant le procureur de la République pour "prise illégale d'intérêt" contre Christiane Taubira. Il accuse la garde des Sceaux d'être "partie prenante d'une opération qui vise à instrumentaliser l'autorité judiciaire à des fins exclusivement partisanes", comme l'a rapporté le "Figaro" dans son édition du jour.

Selon Patrick Buisson, Christiane Taubira serait toujours membre du comité de parrainage d'Anticor, l'association anticorruption qui a porté plainte pour détournement de fonds publics et favoritisme dans l'affaire des sondages de l'Elysée. Sur le site Internet de l'association, le nom de la ministre figure bien parmi les membres de son comité de parrainage.

Anticor estime que les sondages n'avaient, pour beaucoup, pas d'intérêt public, et souligne que les bénéficiaires essentiels des commandes étaient des sociétés dirigées par deux conseillers et amis de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson (trois millions d'euros) et Pierre Giacometti (2,5 millions d'euros).

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire de police à la suite d'une plainte pour détournement de fonds publics visant des sondages d'opinion commandés par l'Elysée sous sa présidence pour un total de 9,4 millions d'euros.

Une première information judiciaire sur ces faits pour "favoritisme", acceptée d'abord par un juge d'instruction, puis invalidée par un arrêt de la cour d'appel de Paris en 2011, pourrait par ailleurs être relancée par la Cour de cassation, dans un autre arrêt annoncé le 19 décembre.

(Avec dépêches)

Lire la suite
Sondage Polémique Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants