2 min de lecture Police

Policière rouée de coups à Champigny : un de ses sauveurs témoigne

DOCUMENT RTL - Ali est venu en aide à la policière prise à partie et rouée de coups lors d'un affrontement à Champigny-sur-Marne dimanche 31 décembre,

Policière rouée de coups à Champigny : un de ses sauveurs témoigne
Crédit Média : Raphaël Vantard Crédit Image : Thomas SAMSON / AFP

Quand une rixe éclate aux abords d'une salle de concert de Champigny-sur-Marne, peu avant minuit dimanche 31 décembre, deux policiers sont envoyés dans cette commune située en banlieue parisienne. Sur place, les deux agents se font prendre à partie par la foule. Une policière est alors rouée de coup et filmée, à terre.

Parmi les personnes présentes sur place, Ali affirme avoir porté secours à la jeune femme : "J'étais derrière et on voyait vingt personnes qui tapaient la fille", témoigne Ali. "Je suis intervenu quand tout le monde a un peu reculé, mais il y avait trois ou quatre personnes qui la tapaient encore. La policière m'a tendu la main alors je l'ai relevée".

Le jeune homme l'a ensuite protégée d'une autre bande de personnes qui fonçait sur elle. Ali se souvient aussi des conditions difficiles : "On avait les yeux qui brûlaient, on pleurait, on avait mal à la gorge avec les tirs de flashball... Personne n'était en situation de réagir". Heureusement, Ali a été aidé : "Quand je l'ai relevé, il y a une fille qui est venue avec moi et on l'a escorté jusqu'à la voiture de police. Il y avait des gens derrière nous qui nous aidaient. J'ai laissé la policière et je suis parti", raconte Ali. 

"Les gens ont pris conscience que c'était une femme par terre"

Si Ali est sorti de son silence, ce n'est pas pour se faire remarquer, mais pour montrer que tout le monde n'est pas à mettre "dans le même sac". "Quand j'ai vu que tout le monde disait que personne ne l'avait aidé, alors que j'ai pris des risques en l'aidant [...], au bout d'un moment, les gens ont pris conscience que c'était une femme par terre, qu'elle ne représentait pas que l'uniforme", poursuit-il.

Ali n'est pas opposé à l'idée de rencontrer la policière
. "Quand je l'ai aidé, au fond de moi, je me sentais bien. Je savais que j'avais fait quelque chose de bien en l'aidant", estime-t-il. 

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés