2 min de lecture Décès

Mort de Johnny Hallyday : "Le début de l'effacement de la génération baby-boom"

ÉDITO - Johnny a représenté la fameuse génération des "Trente Glorieuses" en France, qui va connaître un destin extraordinaire.

Lenglet-Co
Mort de Johnny Hallyday : "Le début de l'effacement de la génération baby-boom"
Crédit Média : RTLNet Crédit Image : AFP / Archives
Voir la suite

Johnny Hallyday est né en 1943, c'est-à-dire au tout début de ce regain de naissances qui va transformer la France après la guerre. C'est d'abord une génération qui va traverser une période tout à fait exceptionnelle au plan économique - ce qu'on appelle les "Trente Glorieuses". Lorsqu'elle entre sur le marché du travail, c'est le plein emploi dans les années 1960. Elle accompagne la reconstruction du pays, sa modernisation, la montée en puissance des femmes dans l'économie et dans la société, avec le travail des femmes qui se développe et se généralise même, au moins en France.

C'est aussi l'époque de l'équipement des foyers en salles de bain et en cuisines. C'est aussi l'arrivée de la voiture dans la plupart des ménages : la 4L, la 2CV, la R16 (pour les plus aisés). Tout cela ce sont les "Trente Glorieuses" de Johnny, appelées ainsi par Jean Fourastié, de 1945 à 1973.
 
C'est une génération qui n'est pas encore intégralement à la retraite aujourd'hui. Et ce pour deux raisons. D'abord parce que le baby-boom s'étend jusqu'au tout début des années 1960. Deuxièmement, c'est une génération qui a profité d'une carrière plus longue que les autres, grâce à l'allongement de la durée de la vie. C'est une génération qui est en train de quitter les commandes de la France. Elle avait conquis tous les postes clés de la société, en politique, dans les affaires, dans la vie culturelle, dans le cinéma et dans la chanson.

La mort de Johnny Hallyday sonne symboliquement le début de l'effacement progressif de cette génération, parce qu'elle prend de l'âge. Il y a eu d'ailleurs en France un autre événement qui a fait vieillir les baby-boomers, c'est la victoire d'Emmanuel Macron à la présidentielle. Macron est né bien plus tard, alors que ses deux prédécesseurs étaient des baby-boomers.

Une génération profondément libérale

C'est aussi une génération qui a fait la révolution dans les années 1960. Les chansons de Johnny en ont témoigné avec beaucoup de force. C'était une génération en révolte contre le monde dans lequel elle était née. Elle a contesté l'ordre social, politique et sociétal. C'était une génération profondément libérale, c'est-à-dire attachée à défendre l'individu contre le groupe, au nom de la liberté d'expression de de choisir son mode de vie.

C'est une idéologie qui a parcouru la planète comme un feu de forêt dans les années 1960 : 1968 à Paris, le printemps de Prague, la lutte contre la guerre de Vietnam. Au même moment, dans le monde entier, la jeunesse s'est soulevée. Cette idéologie a structuré le dernier demi-siècle. Elle s'est développée grâce à la mondialisation et à la technologie. Elle s'est transmise à l'économie, avec le marché généralisé, avec l'essor de la finance, avec la crise de 2008-2009. Tout cela, ce sont aussi les œuvres tardives des baby-boomers.

Là encore, leur idéologie, le libéralisme, est sur le déclin. Tout comme eux. Car le besoin de protection, de frontières, dans nos sociétés, s'est substitué au désir de liberté. Une autre génération monte en puissance.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés