2 min de lecture Le journal

Le journal de 12h30 : les proches de Jean d'Ormesson lui rendent hommage

La fille unique de Jean d'Ormesson revient sur l'héritage qu'a laissé son père : "De l'esprit, de la malice et une intelligence pétillante".

Le journal RTL
Le journal de 12h30 : "J'avais un père magnifique", confie Héloïse d'Ormesson
Crédit Image : JOEL SAGET / AFP

Il était l'écrivain du bonheur, élégant et espiègle. L'académicien Jean d'Ormesson a succombé à une crise cardiaque dans la nuit du 4 au 5 décembre, à l'âge de 92 ans. Héloïse d'Ormesson, sa fille unique, est bien sûr émue mais aussi fière de son père : "Je ressens évidemment un vide immense mais aussi une chance immense. J'avais un père magnifique, qui m'a beaucoup, beaucoup apporté et donné, mais qui a donné à tous et qui laisse tant de livres et qui laisse tant de traces : un esprit, une malice, une intelligence pétillante, qui pratiquait l'émerveillement. Il regardait le monde comme s'il était enchanté d'un rien et c'est inestimable. Je pense qu'il a adoré la vie et je sais que, là-haut, il dit 'C'est épatant'". 

Les proches et amis de la famille d'Ormesson se réunissent dans cette maison de Neuilly-sur-Seine, où il a vécu ses derniers instants, un hôtel particulier où il a passé les 50 dernières années de sa vie. C'est dans cette demeure, à la lisière d'un parc, qu'il a écrit la majorité de ses livres. Olivier a été le collaborateur de Jean d'Ormesson pendant 37 ans : "Il vivait dans un vrai capharnaüm, il mettait des papiers un peu partout mais il s'y retrouvait. Dès qu'il y avait un rayon de soleil, il était sur sa terrasse. Toujours un mot gentil, il me demandait des nouvelles de mes enfants, ou de ma femme, et avec un grand sourire il me disait 'je vais bien', presque comme un enfant. On voyait qu'il était heureux de vivre".

Des voisins sont spontanément venus faire part de leurs condoléances à la famille de Jean d'Ormesson et des lettres sont remises au personnel de l'écrivain. Plusieurs personnalités sont attendues ces prochaines heures, en particulier l'ancien président Nicolas Sarkozy

À écouter également dans ce journal :

- Une fusillade a eu lieu ce mardi midi en Corse. Plusieurs coups de feu ont été tirés à l'entrée de l'aéroport : un homme a été tué, un deuxième est dans un état désespéré et un troisième homme de 35 ans a été blessé à la cuisse. La piste terroriste ne serait pas privilégiée mais il est encore trop tôt pour savoir s'il s'agit d'un règlement de compte.

- Les petits français maîtrisent mal le langage. D'après une étude internationale menée sur des élèves de CM1, nous sommes les seuls à avoir régressé depuis 15 ans en Europe.  Jean-Michel Blanquer lance à l'instant la contre-attaque : "Les résultats sont préoccupants, on ne peut pas les accepter", a-t-il affirmé.

- Pas de coup de pouce pour le SMIC, c'est ce que préconise un groupe d'experts proche du chef de l'Etat. Le salaire minimum, 9,76 euros de l'heure, est revalorisé chaque année de manière mécanique. Mais là, le groupe pense qu'augmenter le SMIC serait dangereux pour les finances.

- L'Espagne retire le mandat d'arrêt européen contre Carles Puigdemont, toujours en Belgique. Mais le mandat d'arrêt espagnol contre lui et quatre autres ministres est maintenu. 

- Les footballeurs du Bayern Munich affrontent le PSG ce mardi 4 décembre et espèrent une remontée au classement de la Ligue des champions. 

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés