1 min de lecture Jean d'Ormesson

"Jean d'Ormesson incarne un monde perdu", assure Pascal Praud

REPLAY / ÉDITO - Le journaliste rend hommage à l'écrivain et académicien, qui célèbre ce mardi 16 juin son 90ème anniversaire.

Le Praud de l'info
"Jean d'Ormesson incarne un monde perdu", assure Pascal Praud
Crédit Média : RTL Crédit Image : RTL
Voir la suite

"Jean d'Ormesson est notre professeur de littérature, un fantasme d'écolier", lance Pascal Praud. "Costume flanelle, cravate de laine, nu-pieds et mocassin. Jean d'Ormesson écrit des romans, des récits et des articles depuis soixante-dix ans. Le public a découvert sa malice à la télévision, aux temps anciens où les écrivains parlaient dans le poste avant minuit", poursuit-il.

"Les femmes bichaient, Bernard Pivot relançait, les enfants regardaient, Venise n'était plus en Italie. C'était léger et brillant. Voyez comme on danse. La séduction au bord des lèvres. J'ai très bien connu... Dixit Laurent Gerra", clame le journaliste.

Jean d'O. traverse les époques en cabriolet Mercedes, bleu de préférence

Pascal Praud
Partager la citation

"La noblesse ne gouverne plus. Les marquis ont soldé les châteaux, mais ils enseignent l'art de vivre à la française", constate Pascal Praud, pour qui Jean d'Ormesson "incarne un monde perdu : quand les intellectuels dirigeaient les journaux du matin, quand la culture ouvrait les portes, quand la pensée dominait Paris, et que Normale Sup préparait les présidents de la République".

"Le charme n'a pas d'âge. Jean d'O. traverse les époques en cabriolet Mercedes, bleu de préférence. Bleu comme ses yeux. Bleu comme ses chemises. Bleu comme le ciel qu'il ne cesse d'interroger", conclut Pascal Praud.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés