1 min de lecture Gpa

GPA, fin de vie : "La société a un temps d'avance sur le politique", estime Bertinotti

INVITÉE RTL - L'ancienne ministre déléguée à la Famille Dominique Bertinotti réagit aux récentes évolutions de l'opinion sur ces sujets sensibles.

L'Invité de RTL Soir
GPA, fin de vie : "La société a un temps d'avance sur le politique", estime Bertinotti
Crédit Média : Vincent Parizot Crédit Image : Frederic Bukajlo / Abaca / RTL

C'est un basculement assez significatif pour être souligné. À quelques jours de l'ouverture des états généraux de la bioéthique (qui s'ouvriront le 18 janvier, ndlr), un sondage Ifop paru dans le journal La Croix fait état de l'évolution de l'opinion des Français en ce qui concerne notamment la procréation médicalement assistée (PMA), la gestation pour autrui (GPA) et la fin de vie. 

Concernant cette dernière problématique, seulement 11% des Français souhaite le maintien en l'état de la loi actuelle, quand près de 9 Français sur 10 se prononcent pour une évolution du texte. 47% des personnes interrogées estiment même qu'il faut légaliser l'euthanasie. Des chiffres qui n'étonnent pas Dominique Bertinotti, ancienne ministre déléguée à la Famille lors du mandat de François Hollande. 

J'espère que les états généraux permettront un débat serein, sans tabous

Dominique Bertinotti
Partager la citation

"J'ai toujours pensé que la société avait un temps d'avance sur le politique. J'espère que sur cette question, les états généraux vont permettre d'avoir un débat serein, sans tabous. J'en attends beaucoup", ajoute celle qui a quitté le PS pour rejoindre le mouvement Génération.s de Benoît Hamon. 

Sur la question de la gestation pour autrui, comme de nombreux Français, Dominique Bertinotti confie avoir changé d'avis. L'étude montre en effet que 64% des Français y sont favorables, dont 46% uniquement pour des raisons médicales. "Au départ j'étais très réservée, on ne parlait que de la GPA sous l'angle de la marchandisation du corps. Mais face aux débats très agités j'ai été amenée à lire, écouter, réfléchir et moi aussi j'ai évolué", conclut-elle. 

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés