1 min de lecture Justice

Affaire Grégory : "Il n'y a plus de contestation possible", pour l'avocat de Marcel Jacob

Lundi 4 décembre, le grand-oncle de Grégory s'est rendu au Palais de justice de Dijon pour une nouvelle audition devant le juge d'instruction.

18H avocat Marcel JACOB
Crédit Média : Frédéric Perruche Crédit Image : PHILIPPE DESMAZES / AFP

"Le 16 octobre 1984, il était en compagnie de son épouse à son usine de 13 heures à 21 heures. J'ai donné de nouveaux éléments qui le confirme." Maître Giuranna, l'avocat de Marcel Jacob, le grand-oncle du petit Grégory, est convaincu d'avoir prouvé aux juges l'innocence de son client.

Mis en examen depuis la mi-juin pour enlèvement puis séquestration suivi du meurtre de son petit-neveu en 1984, l'homme de 72 ans est à nouveau rendu à la cour d'appel de Dijon pour une nouvelle audition devant le juge d'instruction. Devant la juge, la défense compte faire valoir l'alibi du septuagénaire qui, selon elle, se trouvait au travail le 16 octobre 1984, quand l'enfant de quatre ans fut enlevé puis retrouvé mort dans la Vologne.
"Je crois pouvoir dire qu'aujourd'hui il n'y a plus de contestation possible. Toutes les personnes encore vivantes qui travaillaient avec Marcel Jacob viennent de dire qu'effectivement il était bien présent le 16 octobre 1984 de 13 heures à 21 heures. 
J'espère que le couple Jacob fêtera, comme je le lui avais promis, Noël en famille", a affirmé l'avocat à l'issue de la journée d'audition.

Fin juin, les époux Jacob avaient été placés sous strict contrôle judiciaire, avec l'obligation de résider séparément, loin de leur domicile d'Aumontzey, dans les Vosges. Fin novembre, la justice a autorisé Jacqueline Jacob à rentrer chez elle, mise en examen au même titre que son mari.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés