1 min de lecture Transports

SNCF : ras-le-bol général après les actes de vandalisme

Les derniers naufragés de la ligne SNCF Chambéry-Bourg Saint Maurice sont arrivés à destination dimanche à l'aube en gare de Lyon, à Paris. Les passagers ont passé des heures à attendre la reprise du trafic, bloqués sur les rails, souvent sans explications. Une pagaille dûe à un acte de vandalisme, puisque trois câbles de signalisation et d'alimentation ont été sectionnés dans la matinée près d'Albertville, paralysant cette ligne prise d'assaut en pleines vacances d'hiver. En tout, 30.000 voyageurs se sont retrouvés coincés. Au lendemain de cet énième problème, le ras-le-bol est général. Le président de la SNCF Guillaume Pépy est excédé par les actes malveillants, les cheminots demandent plus de moyens. Quant aux passagers, ils pestent contre le manque d'informations.

studio-rtl
La rédaction numérique de RTL

SNCF

Une ligne SNCF des Alpes, stratégique dans l'acheminement des vacanciers des stations de ski, a été bloquée pendant plusieurs heures samedi par un acte de vandalisme qui a provoqué des retards pour quelque 30.000 voyageurs.

Guillaume Pepy, président de la SNCF, a fait le déplacement en gare de Chambéry, où il s'est dit "furieux" de la "destruction" de câbles de signalisation et d'alimentation, sectionnés à la scie près d'Albertville sur la  ligne Chambéry-Bourg-Saint-Maurice, extrêmement chargée en cette période de séjours au ski.
  
Entreprises à la mi-journée, les réparations ont pris fin vers 18H00 et la circulation a repris après plusieurs heures de perturbations, qui ont touché "30.000 voyageurs au total", selon le dernier bilan de la SNCF, qui avait initialement avancé le chiffre de 40.000 personnes touchées.

Vers 19H00, plus aucun train n'était retenu dans la vallée de la Tarentaise, mais 400 à 500 voyageurs se trouvaient encore en gare d'Albertville, 400 à 500 dans celle de Moûtiers, et 1.000 à 1.500 voyageurs à Bourg-Saint-Maurice, selon la préfecture de Savoie.
  
La SNCF évoquait de son côté des retards de "quatre à six heures", tenant compte des perturbations en cascade occasionnées.
 
Le secrétaire d'Etat aux Transports, Thierry Mariani, a de son côté dénoncé un possible "sabotage". "S'il s'avère que c'est du sabotage avéré, j'espère que la justice sera d'une rigueur exemplaire, parce que des dizaines de milliers de voyageurs, des dizaines de milliers de familles (...) vont subir cinq heures, six heures, sept  heures de retard à cause de quelques voyous", a déclaré M. Mariani.

"La date n'est pas innocente: c'est l'un des plus gros retours de vacances dans une zone stratégique", a-t-il dit, s'étonnant de surcroît que les câbles aient été "coupés à des endroits importants".
 
M. Pepy a quant à lui évoqué une possible tentative de vol. La SNCF est de plus en plus souvent confrontée à des vols de câbles, particulièrement en cuivre, qui ont doublé avec l'envolée des cours, provoquant des retards pour les trains. En septembre 2010, la société dénombrait quarante vols de câbles par semaine et évaluait son préjudice à plusieurs dizaines de millions d'euros.

Vous partez en vacances ? Pour savoir si votre train est concerné, cliquez ici.

Lire la suite
Transports Vacances SNCF
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7663901568
SNCF : ras-le-bol général après les actes de vandalisme
SNCF : ras-le-bol général après les actes de vandalisme
Les derniers naufragés de la ligne SNCF Chambéry-Bourg Saint Maurice sont arrivés à destination dimanche à l'aube en gare de Lyon, à Paris. Les passagers ont passé des heures à attendre la reprise du trafic, bloqués sur les rails, souvent sans explications. Une pagaille dûe à un acte de vandalisme, puisque trois câbles de signalisation et d'alimentation ont été sectionnés dans la matinée près d'Albertville, paralysant cette ligne prise d'assaut en pleines vacances d'hiver. En tout, 30.000 voyageurs se sont retrouvés coincés. Au lendemain de cet énième problème, le ras-le-bol est général. Le président de la SNCF Guillaume Pépy est excédé par les actes malveillants, les cheminots demandent plus de moyens. Quant aux passagers, ils pestent contre le manque d'informations.
https://www.rtl.fr/actu/sncf-ras-le-bol-general-apres-les-actes-de-vandalisme-7663901568
2011-02-27 17:48:00