2 min de lecture Grève

Rythmes scolaires : comment les parents se préparent à la semaine de grève

TÉMOIGNAGES - Trois journées de grèves sont prévues cette semaine dans l'enseignement. Les parents s'adaptent comme ils peuvent.

Un élève lors de la rentrée scolaire, le 3 septembre 2013.
Un élève lors de la rentrée scolaire, le 3 septembre 2013. Crédit : Martin Bureau - AFP
micro générique
La rédaction de RTL Journalistes RTL

Pour certains élèves, la semaine de cours ne pourrait durer que deux jours. Ce lundi est férié, mardi à Paris et dans d'autres villes, animateurs et employés municipaux sont appelés à faire grève pour réclamer de meilleures conditions de travail. Cantines et activités périscolaires ne seront donc pas garanties.

Ensuite, mercredi, Sud Éducation a déposé un préavis de grève. Car enfants et adolescents devaient aller en cours pour compenser leur absence du lundi 2 septembre, journée de pré-rentrée entre enseignants. Le syndicat s'oppose à cette journée de rattrapage. Et pour terminer, jeudi, les syndicats CGT, FO, Sud et la Faen -  minoritaires dans l'enseignement - appellent à la grève pour le retrait de la réforme des rythmes scolaires. La ville de Paris et une quinzaine de départements devraient être concernés.

Solution 1 : faire appel aux grands-parents

Résultat : les parents ont du mal à savoir si leurs enfants iront en classe. Elsa apprendra sûrement la veille si l'établissement où sa fille est scolarisée est en grève. Heureusement, elle a une solution de secours. "Moi j'ai la chance d'avoir ma belle-mère qui ne travaille pas", explique-t-elle au micro de RTL. "Sans ça, je serai obligée de fermer ma boutique pour garder ma fille, ce qui n'est pas possible."

Solution 2 : amener son enfant au travail

Nadège, elle, ne préfère pas y penser. Elle n'a pas les moyens de prendre une baby-sitter toute la journée et n'a plus de RTT. Alors, elle fera peut-être comme certains de ces collègues : "Je vais l'amener au boulot (...), je n'ai pas d'autre alternative", affirme-t-elle. "Mais on sait qu'avec la présence des enfants dans les bureaux on ne travaille pas vraiment."

Solution 3 : se satisfaire de la grève

À lire aussi
Des personnes âgées dans un Ehpad, en France (illustration) Ehpad
Coronavirus : une prime de 1.500 euros promise aux salariés des Ehpad Korian

Aurore, une autre mère, soutient la mobilisation contre les rythmes scolaires. D'après elle, il est temps de faire le bilan : "Le point qui m’inquiète le plus, c'est le recrutement des animateurs, il y a de gros problèmes", explique-t-elle. "Il y a de gros efforts à faire."

Le ministère de l’Éducation nationale ne s'attend pas pour autant à une paralysie.
Car ces appels à la grève ne sont pas relayés par les syndicats majoritaires, Snuipp-FSU pour le primaire, SNES pour le secondaire.

>
Rythmes scolaires : comment les parents se préparent à la semaine de grève Crédit Média : Maxence Lambrecq | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Grève Info Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants