2 min de lecture Brétigny-sur-Orge

Brétigny : "C'est la peur, le fait d'être secoué, la vision des blessés", se souvient une rescapée

DOCUMENT RTL - Huit semaines après le déraillement mortel du train Paris-Limoges, 3 rescapés remontent dans le wagon. Il sont tous encore choqués par l'accident et exigent des explications.

L'accident de train de Brétigny-sur-Orge, le 12 juillet, a causé la mort de sept personnes
L'accident de train de Brétigny-sur-Orge, le 12 juillet, a causé la mort de sept personnes Crédit : AFP / KENZO TRIBOUILLARD
micro générique
La rédaction de RTL et Sina Mir

Le 12 juillet dernier à 17h11, un train Corail intercités Paris-Limoges déraillait en gare de Brétigny-sur-Orge faisant sept morts et de nombreux blessés.

Jean-Philippe, Anne-Marie et Michel font partie des rescapés. Huit semaines après l'accident, ils remontent pour la première fois dans le wagon. RTL les a accompagnés.

Encore sous le choc

La rame jaune et grise, le numéro et l'horaire du train... rien n'a changé depuis le déraillement du Paris-Limoges :

"Tout est absolument pareil. On entre, le train prend de la vitesse, et puis d'ici 10/13 minutes, il devrait arriver vers Brétigny", commente Jean-Philippe.

À lire aussi
Brétigny-sur-Orge, le 12 juillet 2013. justice
Accident de Brétigny : procès requis contre la SNCF et un cheminot

Ce début de voyage a tout du drame : les zones industrielles et les gares de la banlieue parisienne défilent à grande vitesse par la fenêtre. Les souvenirs du déraillement suivent à chaque secousse. "C'est la peur, c'est le bruit, c'est le fait d'être secoué brutalement. C'est des visions de gens blessés...", souffle Anne-Marie.

Pour Michel aussi, le souvenir de l'accident est encore très frais : "Le fait de revoir le panneau "Brétigny", de revoir ce quai... c'est là qu'on ressent la force et la puissance des événements de ce genre, qui ne peuvent que marquer à vie", explique le passager.

L'enquête toujours en cours

Mais pour le moment, ce Paris-Limoges reste surtout le train de la colère.

Crispée dans son siège, Anne-Marie se dit agacée par le manque de résultat des 3 enquêtes en cours, à la SNCF, au ministère et au niveau judiciaire : "On nous montre des photos, on nous parle des pistes, mais il y a eu une faute ! Donc qui est fautif ? Tant qu'on ne saura pas la vérité, on y pensera".

La justice a fixé une réunion d'information au 28 septembre prochain. En attendant, la piste technique, avancée par la SNCF, est aussi privilégiée par l'enquête judiciaire. Toujours dans le viseur : une éclisse, cette agrafe d'une dizaine de kilos qui permet de relier deux rails d'un aiguillage, se serait détachée. Une information judiciaire pour homicides et blessures involontaires a été ouverte après la catastrophe ferroviaire, le 12 juillet.

>
Brétigny : "C'est la peur, le fait d'être secoué, la vision des blessés", se souvient une rescapée Crédit Média : Sina Mir | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Brétigny-sur-Orge Déraillement du train Paris-Limoges Déraillement du train Paris-Limoges
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants