1 min de lecture Info

Rentrée : grève de la faim pour un enseignant en poste loin de sa famille

Nommé depuis un an à plus de deux heures de route de chez lui, un professeur des écoles a effectué sa rentrée le ventre vide. L'homme est en grève de la faim pour obtenir un poste près des siens.

micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Un professeur des écoles a entamé une grève de la faim ce lundi 2 septembre, veille de sa rentrée dans le Cantal, pour être nommé plus près de chez lui.

Depuis un an, Sébastien Nouveau, 31 ans, enseigne à l'école communale de Trizac, petit village situé à 1.000 mètres d'altitude, qui accueille une trentaine d'élèves. Or ce village est à plus de deux heures de route du Puy-en-Velay (Haute-Loire), où vivent son épouse et sa fille de deux ans. L'hiver, il lui faut parfois jusqu'à quatre heures, en raison de la neige et de quatre cols à franchir.

L'enseignant a dû prendre un logement à Trizac et ne rejoint son domicile que le week-end. Il pensait que sa demande de mutation en Haute-Loire serait acceptée par l'inspection académique, mais non. "Comme je suis dans un département limitrophe, on ne considère pas cela comme une situation difficile", regrette-t-il, ajoutant : "j'ai le sentiment de m'occuper des enfants des autres, alors que je ne vois pas grandir ma propre fille". S'ajoute un problème financier : "avec deux logements, les transports, nous sommes sur le fil du rasoir".

L'enseignant compte poursuivre son action jusqu'à "obtenir une mutation dans le meileur des cas, et au pire une explication de sa hiérarchie".

À lire aussi
Vue aérienne de trains de marchandises, à Paris, 11 juillet 2019 transports
Le fret ferroviaire sans cesse relancé, toujours en déclin

Le rectorat de l'académie de Clermont-Ferrand explique que Sébastien Nouveau, qui fait sa troisième rentrée comme titulaire et dont c'était la deuxième demande de mutation, n'a pas eu satisfaction "compte tenu de son barème" de points et "au regard des autres demandes d'entrée" dans le département de la Haute-Loire, qui "fait l'objet de peu de demandes de sorties", ce qui limite le nombre de postes disponibles.

L'enseignant pourrait cependant bénéficier, dans le Cantal, d'un poste plus proche de la Haute-Loire, dans le cadre des ajustements d'affectation de rentrée, a-t-on ajouté.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Info Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants