2 min de lecture Afrique

Prêtre enlevé au Cameroun : Boko Haram, une secte salafiste en guerre contre l'Occident

DÉCRYPTAGE - La secte radicale devenue une organisation terroriste meurtrière, qui a affirmé détenir le prêtre français enlevé au Cameroun, sème la terreur au Nigeria et dans la région depuis plusieurs années.

Au centre, un homme identifié comme le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau,et des combattants, dans une vidéo diffusée en septembre 2013.
Au centre, un homme identifié comme le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau,et des combattants, dans une vidéo diffusée en septembre 2013. Crédit : AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Au Nigeria comme au Cameroun, l'heure est désormais à la traque des ravisseurs. Des forces de l'ordre sont toujours déployées pour retrouver la trace du père Christian Vandenbeusch, l'homme de foi enlevé par une dizaine d'hommes lourdement armés dans la région de Koza, 700 km au nord de Yaoundé, près de la frontière nigériane.

Si aucune organisation n'a revendiqué l'enlèvement du Français pour l'instant, le mode opératoire du rapt rappelle la signature de Boko Haram. Le groupe islamiste armé, qui sème la terreur au Nigeria et dans la région depuis plusieurs années, a d'ailleurs affirmé détenir le père Vandenbeusch ce vendredi.

D'abord une secte salafiste

Fondé en 2002 par Mohamed Yusuf, un prédicateur radical, le mouvement est d'abord une secte salafiste qui trouve sa source dans la région de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, où la religion musulmane est majoritaire contrairement aux États du sud, à dominante chrétienne.

Boko Haram, dont le nom signifie "l'éducation occidentale est un pêché" en langue locale haoussa, prône un islam rigoriste, dont la stricte application de la charia, et revendique la création d'un État islamique dans le nord du pays.

Un mouvement radicalisé en 2010

À lire aussi
Les écoles fermées, des élèves rwandais se lavent les mains avant de rentrer chez eux. santé
Coronavirus : l'épidémie progresse en Afrique, mesures drastiques au Rwanda

Ses attaques sont d'abord tournées vers les autorités nigérianes, qui le lui rendent bien. En septembre 2009, une offensive de l'armée contre l'organisation terroriste fait plus de 800 morts. Mohamed Yusuf, son fondateur, est tué durant sa détention.

Réorganisé autour de l'ancien lieutenant Abubakar Shekau, donné pour mort en août dernier, le groupe se radicalise à partir de 2010 et perpétue de plus en plus d'attentats visant les symboles de l'occident. Églises et fêtes chrétiennes, écoles, bars délivrant de l'alcool deviennent ainsi ses cibles privilégiées.

Depuis 2009, les attaques de ce groupe radical et leur répression sanglante par les forces de l'ordre ont déjà fait plusieurs milliers de victimes - 3.600 selon Human Rights Watch.

Les rapts d'occidentaux, une stratégie initiée en 2011

Accusée par les États-Unis d'être liée à Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi), la secte qui compte plusieurs milliers de combattants vient tout juste d'être placée sur la liste des organisations terroristes par Washington. Sous l'influence d'Aqmi - certains de ses membres ont été formés au djihad dans les mêmes camps somaliens -, l'organisation se tourne à partir de 2011 vers le rapt d'occidentaux.

Depuis l'intervention militaire au Mali, les Français constituent des cibles prioritaires
. En février 2013, le groupe revendique un premier enlèvement d'occidentaux dans la même région que celle où a été enlevé le père Vandenbeusch : celui de la famille Moulin-Fournier, libérée en avril dernier.

Ansaru, une émanation de Boko Haram

En 2012, l'Avant-garde pour la Protection des Musulmans en Afrique noire, plus connue sous le nom d'Ansaru, fait dissidence au sein de l'organisation. La nouvelle faction entend suivre des objectifs djihadistes à échelle mondiale et se tourner davantage vers l'enlèvement d'étrangers.

Plusieurs travailleurs étrangers sont ainsi capturés puis exécutés dès le mois de mars 2012. Ansaru revendique également le rapt de l'ingénieur français Francis Collomp, en décembre 2012. Ansaru a également été placée par les États-Unis sur la liste des organisations terroristes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Afrique Boko Haram Nigeria
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants